PHOTO

Ulysse

26 Mai - 31 Mai 2008

L’Ulysse de Gallotta, pièce emblématique des années 80, est revisité par des danseurs âgés de 8 à 12 ans. L’énergie enfantine transpose la saga homérique dans un univers ludique et poétique, mêlant hip hop et danses ethniques.

Communiqué de presse
Jean-Claude Gallotta, Josette Baïz

Ulysse

Horaire : 20h30 (relâche mercredi 28)
Lieu : Grand Studio
Tarifs : 14 €, 11 €, 10 € et 8 € pour adhérents

— Chorégraphie d’origine : Jean-Claude Gallotta
— Conception : Josette Baïz
— Interprétation :
Groupe Grenade

1981, Jean-Claude Gallotta crée Ulysse. Espace blanc, lumière diaprée, musique répétitive interprétée live, et bribes de textes extraits de L’Illiade et l’Odyssée. S’il n’est pas le premier à s’intéresser au personnage mythologique d’Homère – présent dès l’époque du ballet de cour -— le chorégraphe grenoblois n’en fait pas moins l’événement avec sa pièce pour huit danseurs, devenue depuis emblématique de la nouvelle danse des années 80. Il en remontera plusieurs versions et en tirera Les Variations d’Ulysse sur la musique de Jean-Pierre Drouet pour le Ballet de l’Opéra national de Paris, en 1995.

Mais l’histoire ne s’arrête pas là. Josette Baïz, alors interprète chez Jean- Claude Gallotta a participé à la première version. Elle se souvient d’«une expérience magnifique qui a généré chez [elle] l’envie de chorégraphier». À la suite d’un travail mené avec des enfants dans les quartiers nord de Marseille et d’Aix-en-Provence, elle fonde le groupe Grenade et crée un langage original et métissé, mêlant plusieurs techniques, du contemporain au hip hop, du classique à différentes danses ethniques avec de jeunes danseurs de 8 à 18 ans. C’est avec les plus jeunes d’entre eux, deux distributions de 8 à 11 ans et de 11 à 14 ans, dont beaucoup ont également participé à l’aventure des Trois Générations du même Jean-Claude Gallotta, qu’elle entreprend de revisiter Ulysse et de le transposer dans un univers ludique et poétique. L’énergie enfantine s’empare de la danse impulsive et découpée du chorégraphe grenoblois. Et à leur tour, de jeunes danseurs en costume blanc investissent l’espace avec légèreté et fantaisie.