ART | EXPO

Two Voices

08 Sep - 20 Oct 2012
Vernissage le 08 Sep 2012

Fascinés par ce qui dépasse l’homme et la compréhension du monde qui l’entoure, Angela Detanico et Rafael Lain tirent d’une recherche scientifique, mathématique et littéraire, des systèmes de représentation et d’écriture du temps, de l’espace et de l'infini. Leur démarche s’exprime dans un formalisme rigoureux et d’une grande poésie.

Angela Detanico et Rafael Lain
Two Voices

Héritée du statement conceptuel et ancrée dans l’usage de nouveaux moyens de création sonore, graphique et plastique, la démarche d’Angela Detanico et de Rafael Lain s’exprime dans un formalisme rigoureux et épuré d’une grande poésie.

Métronome de l’exposition, Two Voices (N) est l’expression de la parade céleste du
Soleil et de la Lune. La double projection présentée dans l’espace de la galerie recrée en deux parties le lever et le coucher des deux astres, à l’est et à l’ouest, à l’heure de Paris, chaque jour de l’année 2012. A mesure que leur présence dans le ciel augmente ou diminue au fil des saisons, la fréquence sonore qui leur est associée est plus grave ou plus aiguë. De 366 jours à 366 minutes, les variations, les évolutions et les interactions quotidiennes du rythme solaire et du rythme lunaire, du rythme diurne et du rythme nocturne sont ainsi accélérées pour révéler à notre regard les fragments d’un ballet qui échappe à l’œil inattentif du quotidien.

La lente course des aiguilles de Timewaves (Chapter I) et Timewaves (Chapter IX) compose et décompose, au fil du temps, une description de Virginia Woolf.
Respectivement tirées de la page d’ouverture du premier et du dernier chapitre de The Waves, chacune met en scène une image différente du soleil et de son reflet sur les vagues: au début et à la fin de la journée, au début et à la fin du roman. En masquant une partie du texte, Angela Detanico et Rafael Lain y ajoutent paradoxalement une nouvelle dimension poétique: comme les personnages de Virginia Woolf, la compréhension du texte est soumise à l’évolution du temps, et pourtant, comme eux, le spectateur n’en a jamais qu’une vision fragmentaire.

En parallèle, une série inédite de pièces de texte est disséminée dans l’espace de la galerie: vrai/faux, shine/shade, first/last , tout/rien et loin/près produisent, à partir de deux mots, antonymes ou contraires que tout semblait opposer, un assemblage complémentaire, mental et visuel à la fois.

Vernissage
Samedi 8 septembre 2012