DANSE | SPECTACLE

Trickster ou l’Arlequin de Trickster

06 Oct - 22 Oct 2011

Les aventures solos et endiablées d’un valet de comédie qui aurait voyagé en Extrême-Orient et se poserait des questions sur le théâtre.

Didier Galas
Trickster ou l’Arlequin de Trickster

Depuis bientôt quinze ans, Didier Galas travaille sur, avec, autour de la figure d’Arlequin.
Pourquoi Arlequin ? Parce qu’il est, selon Galas, «l’inventeur du théâtre», un théâtre où il n’y a rien d’autre que les tours (les «tricks») des valets de scène comme dans les fameuses Fourberies de Scapin.
Dans Trickster donc, les tours sont nombreux et les paroles se font rares. Ce sont plutôt onomatopées, improvisations sonores, bégaiements, qui ont pour tâche de décoller la parole du sens pour arriver à de purs enjeux mélodiques. Trickster prend donc le théâtre à son point de départ : desgestes, des sons et des masques.
On imagine dès lors que voiciun solo sacrément virevoltant, qui utilise le rire et l’anticonformisme pour saper l’ordre et les valeurs traditionnels.

Mais l’Arlequin de Galas ne sort pas seulement et tout droit de la commedia dell’arte. Il est un hybride qui ferait appel aussi bien à son double démoniaque Hierlequin, qu’à Ahmed — le personnage de valet contemporain inventé par le philosophe Alain Badiou qui se pose des questions sur le théâtre — ou à quelques figures masquées chinoises et japonaises, pays où Galas a longtemps travaillé.
Dans Trickster, la rencontre est physique: Buto, Nô et danse de l’Opéra de Pékin servent de point de départ à la folie physique d’Arlequin qui peut virer à la transe et le tout dans un seul corps, celui de l’acteur. Car un valet de théâtre, comme on sait, ça se contrôle mal.