ART | EXPO

Translation

23 Juin - 18 Sep 2005
Vernissage le 22 Juin 2005

Le Palais de Tokyo a proposé aux M/M (Paris) de mettre en scène certaines des œuvres majeures de l’une des plus prestigieuses collections d’art contemporain européenne : la Collection Dakis Joannou.

Communiqué de presse
Vanessa Beecroft, Michael Bevilacqua, Ashley Bickerton, Cai Guo-Qiang, Maurizio Cattelan, Verne Dawson, Matt Greene, Mike Kelley, Jeff Koons, Liza Lou, Ningura Napurrula, Shirin Neshat, Takashi Murakami, Cady Noland, Chris Ofili, Gabriel Orozco, Yinka Shonibare, Shahzia Sikander, Joseph Kosuth, Kara Walker, Nari Ward, Christopher Wool.
Avec la collaboration de M/M (Paris)

Translation

Le Palais de Tokyo a proposé aux M/M (Paris) de mettre en scène certaines des œuvres majeures de l’une des plus prestigieuses collections d’art contemporain européenne : la Collection Dakis Joannou.

Un véritable opéra visuel occupe deux mois durant l’intégralité des espaces du Palais de Tokyo et réunit des œuvres d’artistes phares des deux dernières décennies :
Jeff Koons, Maurizio Cattelan, Vanessa Beecroft, Takashi Murakami, Mike Kelley, Shirin Neshat, Nari Ward, Liza Lou et bien d’autres. Plongés par les M/M (Paris) dans un contexte graphique inattendu et pluriel, des œuvres d’art incontournables vivent de translations multiples…

Une expérience d’exposition unique
« Une nouvelle forme de modernité est toujours apparue », écrivait Michel Foucault, « à chaque fois que notre rapport au présent s’est vu bouleversé par l’Histoire ». Quelle serait la forme actuelle du « moderne » en art aujourd’hui, à l’ère de cette gigantesque remise en question qu’est la globalisation ?

L’exposition «Translation» tente d’esquisser une réponse à cette question, sous la forme d’un véritable opéra visuel dans lequel des œuvres provenant de la Fondation Deste, l’une des plus grandes collections d’art contemporain en Europe, sont mises en espace par les graphistes français M/M (Paris) — Michael Amzalag et Mathias Augustyniak — connus à la fois pour leur collaboration avec Björk ou le magazine Vogue et la complicité qu’ils entretiennent avec de nombreux artistes de leur génération.

À travers le regard de ces deux graphistes sur des œuvres majeures de ces dernières années, «Translation» tente de faire le point sur l’art d’aujourd’hui : un nouveau modernisme, qui se fonderait sur une résistance à l’uniformisation culturelle, serait-il sur le point d’apparaître? Après celui du 20e siècle, qui aspirait à un langage international — l’abstraction — il s’agit pour les artistes d’aujourd’hui de traduire dans un langage contemporain leurs particularismes culturels, leur singularité sociale, leur différence : une translation, dans le double sens du terme, à la fois un écart et, en anglais, une traduction.

On pourrait nommer altermodernisme cette forme mutante de culture créole, cet art de la résistance à l’uniformisation des cultures et à la standardisation de l’économie mondiale.

«Translation» se présente comme une tentative d’approche de ce nouvel esprit, mais aussi, à travers les mises en scènes élaborées par M/M (Paris), comme une expérience d’exposition unique.

M/M (Paris)
A la fois graphistes et artistes, Michael Amzalag et Mathias Augustyniak signent leurs travaux du nom de M/M (Paris). Dès le début de l’aventure du Palais de Tokyo, ils ont été associés à son histoire en créant la police de caractères « Tokyo Palace » et sont en « conversation » permanente avec le Palais de Tokyo. L’exposition «Translation» en constitue le plus récent prolongement.

Graphistes et artistes, le duo intervient sur des territoires très divers : collaboration permanente avec Björk, direction artistique pour Jil Sander, Calvin Klein, Yohji Yamamoto, Martine Sitbon, Balenciaga ou Vogue Paris, projets récurrents avec Pierre Huyghe, Philippe Parreno, Liam Gillick et de nombreux autres artistes, livres et catalogues d’expositions, de «Traffic» pour le capc de Bordeaux au catalogue de la Collection du Centre Pompidou, en passant par les costumes et décors pour un opéra baroque ou la production de clips vidéos.
Ils croisent avec aisance les univers de la mode, de l’art, de la musique, du cinéma, du théâtre ou de la photographie la plus créative.

La collection Dakis Joannou
La Collection Dakis Joannou est l’une des plus importantes collections d’art contemporain en Europe. La collection, qui offre un panorama choisi de l’art contemporain de 1985 à nos jours, présente des artistes parmi les plus représentatifs et les plus décisifs de la fin du 20e siècle.

Collectionner est, pour moi, une aventure, un ensemble de différentes expériences “vécues“, un flot constant de rencontres, de dialogues, d’écoutes et de visions. C’est un acte de compréhension et de participation. Dans cette implication sans fin avec “ce qui se passe“, la première rencontre avec une œuvre excitante constitue toujours un moment culminant de ma vie qui m’oblige à aborder des territoires auxquels je n’avais pas su prêter attention auparavant. (Dakis Joannou)

La Fondation Deste pour l’art contemporain
Créée en 1983 par Dakis Joannou et basée à Athènes, Deste est une fondation à but non-lucratif qui explore les relations entre l’art contemporain et la culture. A travers un programme d’exposition ambitieux, de nombreuses publications, des archives sur l’art et grâce au Prix Deste décerné tous les deux ans à un artiste grec, la Fondation Deste a pour vocation de promouvoir les artistes émergents et les artistes reconnus et de fournir au public grec et international l’opportunité d’expérimenter le travail d’artistes majeurs du monde entier.
«Monument to Now», la dernière grande exposition organisée par la Fondation pendant les Jeux olympiques de 2004, a présenté 95 artistes de la scène internationale issus de la Collection Dakis Joannou.

Commissaires
Nicolas Bourriaud
Jérôme Sans
Marc Sanchez

AUTRES EVENEMENTS ART