PHOTO | EXPO

Transfrontalière

16 Oct - 20 Déc 2010
Vernissage le 16 Oct 2010

Anne-Marie Filaire s’attache à rendre compte de la présence du temps dans le paysage. Car, aussi inerte que celui-ci puisse paraître, il est toujours instable, il contient toujours une espèce de bougé qui ne se révèle qu’aux regards attentifs.

Anne-Marie Filaire
Transfrontalière

Anne-Marie Filaire photographie des paysages depuis plus de vingt ans. Son travail s’inscrit particulièrement dans la caractéristique / problématique des espaces frontières, et dans le mouvement nécessaire à son investigation.

Ses recherches se sont poursuivies au Moyen-Orient, en Asie du Sud-Est, en Afrique de l’Est, au Maghreb, et en Europe. Ses voyages en Israël et en Palestine sur une période de 10 ans s’avèrent être le fil rouge de ce travail de terrain.

Anne-Marie Filaire est venue travailler sur la région transfrontalière entre la France et la Belgique en 2008, grâce à la résidence de recherche et de création du Centre Régional de la Photographie Nord Pas-de-Calais. L’exposition que nous présentons du 16 octobre au 30 décembre 2010 est le fruit de cette commande.

«Anne-Marie Filaire s’est depuis longtemps (pensons à son travail en Auvergne entre 1994 et 1996) attachée à rendre compte des formes de la présence du temps dans le paysage, ainsi que des mouvements qu’on peut y déceler.

Car le paysage, aussi écarté soit-il en apparence, aussi inerte, est toujours instable, ou plutôt il contient toujours une espèce de bougé qui ne se révèle qu’aux regards attentifs: ceux du berger, du guetteur, ou de l’artiste.

Il y a bien sûr les mouvements dans le paysage, mais aussi les mouvements du paysage lui-même. Ces divers mouvements, dans leurs rythmes et leurs intensités variables, se donnent sous l’apparence de traces, de marques, d’espaces. Ils forment une sorte d’écriture, souvent discrète, mais qui apparaît parfois comme un cri devant le regard.

La photographie d’Anne-Marie Filaire se tient devant cette écriture, qui est celle du monde même, comme pour s’en faire le témoin.» (Jean-Marc Besse, extrait de «Les Marques du territoire», in Enfermement, Anne-Marie Filaire, éd. Tarabuste, Argenton-sur-Creuse, 2006)