ART | EXPO

Tracé tourné

07 Nov - 09 Jan 2010
Vernissage le 07 Nov 2009

Carmen Perrin expose de grands dessins inédits de la série «Tracés tournés» commencée en 2008. Ces dessins sont réalisés sur une table ronde qui tourne et dont l’artiste peut contrôler le sens et la vitesse en appuyant sur une pédale.

Communiqué de presse
Carmen Perrin
Tracé tourné

La galerie Catherine Putman présente pour la première fois une exposition de dessins de Carmen Perrin.

Carmen Perrin expose de grands dessins inédits de la série «Tracés tournés» commencée en 2008. Ces dessins sont réalisés sur une table ronde qui tourne et dont l’artiste peut contrôler le sens et la vitesse en appuyant sur une pédale.

La dimension des dessins, 116 x 116 cm, correspond à la distance que l’artiste, travaillant debout, peut atteindre jusqu’au centre de la feuille de papier pendant la rotation. Carmen Perrin a souvent utilisé l’envergure de son corps pour délimiter la grandeur de ses sculptures et aujourd’hui de ses dessins.

Elle dessine en appuyant sur le papier avec la mine de plomb ou le crayon de couleur (parfois frappe par à-coups) pendant que la table tourne. Au fur et à mesure que le dessin se réalise, le papier devient plus mince et commence à gondoler, à prendre une troisième dimension.

«En travaillant j’ai vraiment l’impression de faire «monter» un dessin comme le céramiste fait monter la forme d’un pot en argile entre ses mains.».
Le travail du dessin est l’inscription d’un tracé où sont juxtaposés le mouvement et la vitesse du support qui tourne et les mouvements et la vitesse des gestes de l’artiste qui dessine.

Ce contexte de travail instaure les conditions d’une mise en résistance des forces physiques du corps de l’artiste confronté à l’indifférence du dispositif mécanique. La table ronde est une contrainte avec laquelle l’artiste doit jouer pour interagir sur le papier et provoquer une tension physique et visuelle, tension qui découle d’une mise en relation entre le travail de la machine et celui de la main.

Seront également présentées des pièces de la série des «forages»: perforations circulaires superposées à partir d’anciens numéros des années 60 et 70 du magazine Paris Match, à travers lesquelles l’artiste, dans l’épaisseur des images et des couleurs des revues, réalise des collages stratifiés. D’autres ronds, d’autres tours.

Vernissage
Samedi 7 novembre 2009. 14h-20h.