ART | EXPO COLLECTIVE

Toulousaines

10 Jan - 09 Fév 2013
Vernissage le 09 Jan 2013

Cette exposition a lieu dans le cadre de l’échange inter-réseaux entre les villes de Marseille et de Toulouse. Marseille Expos accueille le réseau PinkPong de Toulouse avec une sélection de sept artistes toulousaines dont le travail s’articule autour du dessin.

Marie Baur, Emmanuelle Castellan, Sabine Anne Deshais, 
Pauline Fondevila, Julie Morel, Katharina Schmitt, 
Charlotte de Sédouy
Toulousaines

«Sept artistes toulousaines ont été choisies par ceux et celles qui ont exposé de 2009 à 2011 lors de Graphéine, manifestation que l’association des galeries et centres d’art de Toulouse consacre chaque année au dessin contemporain.

Le hasard a voulu que le premier choix se concentre sur une majorité d’artistes femmes: ce hasard s’est fait règle. C’est de propos délibéré que seront exposées des artistes femmes car dans la première sélection elles étaient majoritaires.

L’enjeu était, dans le cadre d’un échange entre deux associations, de présenter quelques-unes des positions du dessin qui furent montrées sans pour autant que le choix soit dicté par la technique ou un certain rapport au trait.

Ces sept artistes seront représentatives de la manifestation et traduiront par leur travail la renaissance de la création artistique contemporaine à Toulouse.

Toutes ces artistes ont en commun d’avoir habité ou séjourné pendant une période plus ou moins longue dans la ville. Plusieurs y ont étudié (Marie Baur, Charlotte de Sédouy), d’autres y ont enseigné (Emmanuelle Castellan, Sabine Anne Deshais), l’une y a été invitée en résidence avec une artiste toulousaine (Katharina Schmitt), d’autres encore y avaient leur galerie (Pauline Fondevila, Julie Morel) — galeries qui ont aujourd’hui fermé leurs portes.

Toutes y conçurent une ou plusieurs expositions.

Au delà de ce point commun géographique, ce qui relie ces artistes, c’est que le dessin fasse partie de leur pratique, soit comme activité première, soit que sa pratique, considérée comme secondaire par rapport à une pratique principale, puisse devenir un médium de création revendiquant sa pleine autonomie.

Parler de «dessin contemporain», présuppose une césure avec la pratique traditionnelle du dessin, c’est-à-dire comme l’apprentissage d’un bien représenter, d’une habileté du geste et du trait qui ferait oublier les exercices nécessaires pour acquérir cette maîtrise.

Car bien représenter, c’est toujours mener le trait de sorte que le dessin soit conforme à une image que l’on porte en soi de l’objet que l’on souhaite représenter, identique à ce que l’on imagine de l’objet ou que d’autres imaginent.

Dans la pratique dite contemporaine du dessin, ne comptent ni l’habileté du trait ni la maîtrise du geste, quand bien même y ont-elles aussi leur place. La relation au sujet dessinant s’y fait autre: c’est le dessin qui mène le jeu.

Le dessin dans sa fulgurance première de croquis, d’essai, de pensée, en train de se concevoir lui-même et de se formuler à travers le trait posé sur la feuille, de se développer en toute indépendance.

C’est un dessin en train de faire le grand écart du langage dans une impossible contiguïté d’éléments disparates, qui ose faire cohabiter des textes avec des touches de couleurs et des figures, disparaître perspectives et plans pour n’en laisser subsister qu’un seul, celui de la feuille de papier ou la verticalité du mur-support.

L’exposition «Toulousaines» souhaite faire cohabiter quelques développements auxquels l’abandon de la maîtrise a pu conduire.» (Michel Métayer)

En collaboration avec les réseaux Marseille Expos et PinkPong.

Hors-Les-Murs
20, rue Saint-Antoine, 13002 Marseille
Du mardi au samedi: 14-18 heures

Vernissage
Mercredi 9 janvier 2013 à 18 heures