ART | EXPO

Tomoaki Suzuki

04 Avr - 01 Juin 2014
Vernissage le 04 Avr 2014

Saisissantes silhouettes hiératiques, les sculptures de Tomoaki Suzuki évoquent les modes de vie et les styles vestimentaires contemporains tout en réactualisant les traditions millénaires orientales de la sculpture sur bois. A l’ère des réseaux sociaux, l’artiste aborde la question de l’être-ensemble, entre connexion et isolement, sérieux et dérision.

Tomoaki Suzuki
Tomoaki Suzuki

Saisissantes silhouettes hiératiques de 54 centimètres de haut, les sculptures de l’artiste japonais Tomoaki Suzuki évoquent les modes de vie et styles vestimentaires contemporains tout en réactualisant les traditions millénaires orientales de la sculpture sur bois.

Le CAPC accueille dans sa nef une vingtaine de sculptures de l’artiste réalisées entre 1999 et 2014, et provenant des quatre coins du monde. Si Tomoaki Suzuki fait «de la photographie en sculpture» — entendez de la sculpture réalisée à l’aide de la photographie — c’est parce qu’il est immergé dans la culture des magazines et qu’il travaille depuis et dans le monde des images. Tel le promeneur au XIXe siècle, il observe les faunes lookées des grandes villes, notamment celles de Londres où il vit depuis 1999, et porte un regard anthropologique sur les codes urbains, interrogeant à travers son travail leur impact sur nos vies tout comme leur côté éphémère.

Avec une petite cinquantaine de sculptures à son actif qui, lorsqu’elles sont montrées à plusieurs ne se regardent jamais, Tomoaki Suzuki aborde, à l’ère des réseaux sociaux, la question de l’être-ensemble, vu ici entre connexion et isolement, sérieux et dérision.

Dispersées dans la nef du CAPC, ces œuvres de petite taille magnifient magistralement les proportions piranésiennes du lieu. On aurait pu les imaginer perdues sous la vaste et robuste nef de l’entrepôt Lainé. C’est tout le contraire. En affichant leur solennité avec aplomb — elles sont posées debout à même le sol — ainsi que leur indifférence au monde — ce que leur regard vague traduit — ces petits «aliens» détaillés invitent naturellement le visiteur à se mettre à leur niveau. Une fois à terre, le visiteur fait alors face à une «communauté», une communauté qui a valeur d’œuvre parce qu’elle parle, du fait de l’indifférence des sculptures entre elles, de la destruction même de la communauté.