ART | EXPO

The White Patch had Become a Place of Darkness

17 Avr - 24 Mai 2008

Cette exposition collective tire son origine d’une phrase extraite de Les anneaux de Saturne de W.G. Sebald, qui évoque le passage du limpide à l’obscur, une mutation en marche. Les oeuvres exposées nouent un dialogue avec le livre autour des thèmes du mystère et de l’intimité.

Pierre Ardouvin, Cécilia Becanovic, Roxane Borujerdi, Céline Cléron, Frédérique Decombe, Emmanuelle Duron-Moreels, Thibaut Espiau, Yoann Gourmel, Claude Lévêque, Leonor Nuridsany, Julien Prévieux, Maxime Thieffine, Manon Tricoire, Raphael Zarka
The White Patch had Become a Place of Darkness

«The White Patch had Become a Place of Darkness» est une exposition collective proposée par Guillaume Constantin, un artiste dont le travail a déjà été présenté à la librairie-galerie Ho en 2006. Cette nouvelle invitation de la galerie Ho fait écho à son activité de commissaire d’expositions au sein des Instants Chavirés à Montreuil. Sa pratique plastique intègre ce projet par la réalisation de sculptures-supports, d’accessoires de monstration et de versions « augmentées » de textes en étroite collaboration avec les artistes et critiques invités.

«The White Patch had Become a Place of Darkness» est une phrase extraite du roman de W.G. Sebald, Les anneaux de Saturne, qui évoque une transformation, un passage du limpide à l’obscur, ou l’inverse. Sont réunis derrière ce titre des travaux qui partagent le mystère, l’intimité et le sens de la digression propres à l’ouvrage de Sebald.

Des œuvres éparses, invitées à rejoindre les rayonnages de la librairie, à être consultées comme des livres, mais aussi parfois à s’agréger entre elles, à l’image de la constitution des anneaux de Saturne : «des cristaux de glace vraisemblablement mêlés à des particules de météorites, [qui seraient] sans doute des fragments d’une lune plus ancienne…»