ART | EXPO

The Way

06 Avr - 25 Mai 2012
Vernissage le 06 Avr 2012

Générées par ordinateur, les œuvres bicolores de Ken Lum se déclinent dans des tons faisant écho à ce qu’il y a de plus populaire et clinquant dans notre société de consommation. Elles s’inspirent surtout du thème du labyrinthe, symbole d’un cheminement initiatique dont les méandres représentent le cours tourmenté de la destinée humaine.

Ken Lum
The Way

Issu de l’École de Vancouver au même titre que Jeff Wall et Ian Wallace dont il a été l’élève, mais également Rodney Graham ou Stan Douglas, Ken Lum développe depuis les années 70, une vision conceptuelle critique de la société par le biais de médiums aussi différents que la vidéo, la photographie, la sculpture, la performance et la peinture.
En utilisant l’esthétique populaire, notamment les codes visuels des messages publicitaires, pour mieux les détourner, et le langage qui tient une place essentielle dans son travail (Portrait Logos (1978-1991) et Language Paintings (1987-1988) sont parmi les premières séries à jouer avec ce thème), Ken Lum tente de remettre en question les mécanismes de notre société de consommation.

Il aborde également la relation entre modernité et vie quotidienne, espace public et privé (Photo-mirrors (1997-1998); Mirror/text (2003)). À travers des séries comme les Photo/text Works (1993-[en cours]) ou encore les Shopkeeper Signs (2000-[en cours]), il explore plus particulièrement les questions identitaires qui sont au cœur même des enjeux de nos sociétés modernes.

Pour cette nouvelle exposition, l’artiste présente deux nouvelles séries inédites. La première est inspirée du thème du labyrinthe, thème qu’il avait déjà abordé pour la première fois en 2002 lors de la Documenta XI de Cassel (Allemagne), puis dans des versions différentes aux biennales d’Istanbul (2007) et Gwangju (2008). Le labyrinthe dans la philosophie chinoise symbolise le chemin de la vie, cheminement initiatique dont les méandres symbolisent le cours de la destinée humaine, ses pièges et ses tourments. À Cassel, le labyrinthe intitulé Mirror Maze with 12 Signs of Depression (Labyrinthe de miroirs aux 12 signes de dépression) y faisait déjà directement référence. L’installation, de taille humaine, était composée de cinquante-et-un miroirs disposés en triangles équilatéraux à 60° les uns des autres. Sur douze d’entre eux était gravé un des douze symptômes que l’on retient communément afin de diagnostiquer la dépression: «Je n’ai pas d’amis», «Je pleure sans raison», «Je ne parviens pas à dormir la nuit». Ainsi Ken Lum jouait sur la possible identification du spectateur avec les symptômes, des peurs conscientes ou inconscientes de chacun.

Intitulée Maze, cette nouvelle série se compose d’œuvres en deux dimensions de 2 x 2 m (aluminium peint, plexiglas) reprenant ce motif du chemin de vie. Générées par ordinateur, ces œuvres bicolores très graphiques se déclinent dans les tons rouge, bleu, jaune, vert. La gamme colorée utilisée par Ken Lum ici est pour lui l’écho visuel de notre société de consommation dans ce qu’elle a de plus populaire et clinquant. Si dans l’œuvre de Cassel, le spectateur était physiquement impliqué dans le labyrinthe, ici Ken Lum nous fait néanmoins expérimenter visuellement le chemin. Il s’agit une fois encore, métaphoriquement, de trouver sa voie parmi les différentes possibilités qui s’offrent à nous tout au long de la vie, mais également de distinguer la réalité des chimères. Chaque œuvre porte un titre révélateur du chemin parcouru: The Path from Ailment to Illness (Le passage entre maladie bénigne et maladie grave) ou The Path from Well Loved to Profound Isolation (Le passage entre bien aimé et isolement).

La seconde série intitulée Charts, de taille et de médium similaire à Maze, inclut à nouveau le langage écrit. Il s’agit de l’idée de passage d’un état à un autre, de l’enfance à celui d’adulte, du rejet à l’acceptation ou du bien être à la peur. Des formes géométriques colorées (cubes ou rectangles) illustrent le passage par la graduation ou l’opposition. Dans l’œuvre The 12 Steps to Recovery from Alcoholism (Les 12 étapes pour guérir de l’alcoolisme), le rétablissement de la personne dépendante se réalise par le passage de cube en cube, du rouge vers le bleu.

critique

The Way