ART | EXPO

The Waste Land

11 Sep - 15 Oct 2009
Vernissage le 10 Sep 2009

Kendell Geers s’approprie les vers du poème de T.S Eliot, The Waste Land, à mi-chemin entre satire et prophétie à résonance lugubre, pour donner lieu à une oeuvre sombre et violente.

Kendell Geers
The Waste Land

Yvon Lambert présente la seconde exposition à la galerie de Kendell Geers. Pour cette nouvelle exposition, l’artiste a choisi le poème The Waste Land (1922) de T.S Eliot comme source d’inspiration. Un poème sombre, à mi-chemin entre satire et prophétie à résonance lugubre; un poème dont la forme même déroute par ses changements de registres, de sujets, de lieux et d’époques, repoussant les frontières de l’expression traditionnelle pour créer un univers à part, invitant à s’interroger sur les sources et les références de la société moderne, qui n’est autre qu’un terrain vague, «Waste Land».

Kendell Geers peut sans doute s’approprier les vers du poète qui provoque abruptement son lecteur : «You know nothing ? Do you see nothing ? Do you remember Nothing ?».

Son oeuvre est en effet aussi déroutante et provocante que les mots de T.S Eliot. Il explore un monde dont les fondations, croyances et idéologies se désagrégent. En tant qu’artiste, il essaie d’engager avec la vie, un combat dans lequel les expériences vitales sont conduites à l’extrême.

La violence de son oeuvre n’est toutefois pas destinée à soumettre le spectateur à ses vues. Au contraire, il le laisse libre d’accepter ou de refuser l’expérience qu’il propose.

«J’essaie de créer des endroits dans lesquels les spectateurs doivent accepter la responsabilité de leur présence dans l’oeuvre artistique. Evidemment, ils sont toujours libres de s’en aller ou de continuer leur chemin mais s’ils décident de prendre part à mon travail, ils deviennent spectateurs actifs… Le danger est quelque chose de présent dans toutes mes oeuvres.»