DANSE | SPECTACLE

The State

06 Avr - 06 Avr 2017

Le Centre chorégraphique national de Tours présente The State de Edmond Russo et Shlomi Tuizer, un spectacle inspiré des musiques minimalistes américaines des années 1960-1970, du lyrisme d’Igor Stravinsky, et de l’univers rock du groupe Elysean Fields. The State nous conduit à considérer l’intimité complexe des rapports sociaux.

Pièce créée en 2016 par Edmond Russo et Shlomi Tuizer, et initialement présentée lors du dernier festival Art Danse organisé par le Centre de développement chorégraphique de Dijon, The State fait en quelque sorte suite à leur précédente création, Guerrieri et Amorosi. Si cette dernière avait pour thème la fragile intimité du couple, The State s’attache aux rapports sociaux.

The State : la part musicale

The State trouve son origine dans deux compositions musicales différentes : De Staat du musicien hollandais Louis Andriessen et une composition originale du groupe new yorkais Elysian Fields.

Le titre même de la pièce reprend donc explicitement celui de la création de Louis Andriessen, laquelle s’inspire à la fois du minimalisme américain des années 1960-1970 et du lyrisme d’Igor Stravinsky. L’oeuvre musicale de Louis Andriessen fait référence à La République de Platon dans laquelle celui-ci considère les fondements d’une société idéale. Par ailleurs, précisent Edmond Russo et Shlomi Tuizer, l’ambivalence d’un tel titre caratérise tout aussi bien une organisation sociale et politique – l’Etat – qu’une disposition ou un état psychologique particulier.

«The State, confient Edmond Russo et Shlomi Tuizer, part d’une volonté de travail avec une musique qui nous obsède depuis plusieurs années», ces derniers ayant toujours créé jusqu’alors des pièces dont la musique était elle-même une création originale. La création de The State brise donc une telle habitude : « Et là, il y a cette musique qui pré-existe à la pièce et qui s’appelle De Staat, de Louis Andriessen. On a découvert cette musique très contemporaine, par bribe, elle a trouvé son chemin en nous, demande à être explorée, à trouver son expression physique.»

The State

Edmond Russo et Shlomi Tuizer ont alors écrit une chorégraphie dans laquelle quatre danseurs forment ensemble un tout au sein duquel ils tentent de vivre en harmonie. Chacun s’efforce d’affirmer son individualité propre et sa volonté d’appartenir à une collectivité constituée, chacun est pris entre individualité et communauté.

De cette oscillation constante entre entre particularité et totalité naît un ensemble de gestes variés, les corps des danseurs devenant des supports d’expression révélant la diversité même des motivations animant chaque interprète. Chacun doit ainsi restituer cette volonté d’union ou de désunion ressentie en autant d’images dansées.