ART | EXPO

The Situation of the Lamb

13 Fév - 08 Mar 2014
Vernissage le 13 Fév 2014

A travers une trentaine de nouvelles toiles, l’artiste belge poursuit une œuvre faite de cris d’angoisse et de désespérance face à l’humanité. Dans une palette de noirs et rouges profonds, son imagerie se compose d’éléments hétéroclites: crucifix, fantômes, masques, squelettes, têtes de morts et aiguilles qui transpercent les corps.

Bart Baele
The Situation of the Lamb

L’artiste belge Bart Baele nous livre à travers une trentaine de toiles, fascinantes et torturées, l’univers peuplé de ses démons. La force de son œuvre réside à la fois dans sa palette aux noirs et rouges profonds et dans le symbolisme de motifs récurrents. Sa douleur, omniprésente, universelle, imprègne chacune de ses peintures et frappe par sa sincérité, sa spontanéité.

L’imagerie de Bart Baele se compose d’éléments hétéroclites: des crucifix, réminiscences du catéchisme de son enfance, des têtes de morts et des aiguilles qui transpercent les corps, peut-être empruntées à la culture vaudou, des mots en français ou en flamand, jetés sur la toile. De cette fusion d’éléments naît la singularité de Bart Baele.

La voix de l’artiste est comme un cri, cri du nourrisson pour signifier qu’il existe, qu’il respire, cri d’angoisse silencieux et douloureux du tableau de Munch. Les personnages qui peuplent les œuvres sont tantôt des enveloppes désincarnées, déjà fauchées par la mort, tantôt des marionnettes du théâtre personnel de Bart Baele. Fantômes, masques, squelettes, enfants perdus: autant de silhouettes frêles, souvent flottantes.

Le titre de l’exposition «The Situation of the Lamb» peut faire écho à l’Agnus Dei du maître espagnol Francisco de Zurbarán. L’animal sacrificiel semble évoquer l’artiste lui-même, être sensible et innocent meurtri par l’injustice d’un monde cruel. Au delà de la souffrance, on y perçoit une tentative de rédemption pour lui-même, pour l’humanité.

Le peintre néerlandais Constant semble avoir saisi par anticipation la démarche de Bart Baele en écrivant: «une peinture n’est pas un assemblage de lignes et de couleurs; elle est un animal, une nuit, un cri, un être humain, et tout cela à la fois.»