ART | EXPO

The Remains of Clarity

12 Sep - 15 Nov 2006

L’artiste suisse Urs Lüthi présente une douzaine de tirages numériques : «Desasters», un ensemble de 6 images sorties d’un écran de télévision brouillé, et «I’d like to be a Henry Laurens sculpture», deux ensembles couleur et noir et blanc où l’artiste se représente dansant…

Communiqué de presse
Urs Lüthi
The Remains of Clarity

La photographie est le principal médium d’Urs Lüthi. La substance de l’œuvre est livrée par la vie dans ce qu’elle a de plus banal et de plus unique. L’autoportrait reste son mode d’expression principal mais comme le dit Rainer Mason:
«La beauté troublante s’en est allée, depuis 1970. Demeure le petit homme – c’est ainsi qu’Urs Lüthi parle de soi-même – et ce qui reste de la clarté, «The Remains of Clarity». S’ajoutent, comme depuis toujours, la distanciation, l’humour, et la tendreté (qui est la modalité masculine de la tendresse).» (…)

Ayant, d’ancienne date, fait de son corps la substance et le langage de son art, Urs Lüthi, figure polaire et très singulière du body art et des mythologies personnelles, propose aujourd’hui un discours d’apparence plus ontologique. Il «fait des choses de plus en plus claires, entouré de choses pas claires du tout», manière, suggère-t-il, «d’éclairer l’univers alentour».

Publication
La galerie Catherine Putman vient d’éditer un portefeuille de 10 planches de l’artiste, tiré en numérique à 15 exemplaires et accompagné d’un texte de Rainer Mason: Ce qui reste de la clarté — The Remains of Clarity.