PHOTO

The Milk of Human Kindness

Nigel Rolfe se met en scène dans des vidéos qui s’apparentent à de véritables performances. Sa figure y est le plus souvent l’objet de maltraitances : des coups, des jets d’eau ou comme dans cette récente vidéo, The Milk of Human Kindness, d’occultation par un ruissellement continu de lait qui recouvre les yeux et se répand sur le visage saisi en gros plan.

Ce «lait de la tendresse humaine» s’apparente, dans sa bonté et son côté sucré, aux niaiseries pontifiantes qui astreignent les hommes à renoncer à leur liberté de regard. Ce lait, matière douce et de couleur pure, fait écran et empêche les paupières de s’ouvrir.
L’homme que l’on voit sur l’écran est pétrifié, seule la bouche s’ouvre et se referme, dans un lent mouvement respiratoire. Il vit donc, paisiblement, sous cette chape laiteuse qui se propage sur ses yeux et son crâne. Le son qui accompagne la scène renforce cette idée d’apaisement, il évoque une petite chute d’eau de rivière. Et la vie suit son cours, comme la rivière son lit…

Les performances de Nigel Rolfe expriment notre capacité à endurer, à subir. Mais contrairement à la plupart de ses précédentes vidéos comme SLAP Dance for Africa, The Rope ou Hand on Face, où la modélisation des individus par la société était exprimée de manière violente, ici la chose semble se faire en douceur, sans douleur apparente. D’où la révélation troublante de cette soumission que les hommes plébiscitent pour organiser leur vie en société.

Remarquons que dans la plupart de ses œuvres, c’est la tête qui fait l’objet de toutes les oppressions tandis que les mains ou les pieds restent libres, ils agissent, ils font signes.
Peut-on y voir les forces vives de l’individu ? celles que la société ne peut contrôler? Si tel est le cas, on peut considérer la scène de la seconde vidéo présentée ici, Nature morte, où une main malaxe un chiffon dans un bol de liquide crémeux, comme le lieu de l’action, du questionnement et du retournement du matériau idéologique. Mais l’interprétation reste ouverte, indécise puisque son auteur ne nous livre pas son point de vue.

La force de l’art de Nigel Rolfe réside dans la simplicité des dispositifs mis en œuvre pour exprimer des idées qui sont au cœur de notre condition d’individu vivant en société. Faisant intervenir des éléments naturels comme l’eau, le sang, le lait, les roses ou la terre, il élabore des concepts visuels d’une sensualité brute et esthétique qui traduisent une violence ritualisée faite aux individus.

En tant qu’anglais résidant en Irlande depuis plus de 30 ans, il travaille également sur les questions d’identité nationale et de violence entre les communautés. Sur ce sujet, on pourra visionner à la galerie Polaris les vidéos Hand on Face et Wave.

Nigel Rolfe
The milk of human kindness, 2008. Video.
Kindness bowl, 2008. Video.
Water in face, 1998. C-print. 130 x 143 cm
Flowers in face, 1998. C-print. 130 x 150 cm