ART | EXPO

The Hour of the Day of the Month of the Season

07 Sep - 02 Nov 2013
Vernissage le 07 Sep 2013

Imprégnées de références autobiographiques, politiques et artistiques, les œuvres de Jitish Kallat composent, dans une grande variété de moyens, une chronique du cycle de la vie dans une Inde en mutation rapide. Connectant sociologie, biologie et archéologie, l’artiste porte un regard ironique et poétique sur les rapports entre nature et culture.

Jitish Kallat
The Hour of the Day of the Month of the Season

Déjà connu pour sa «moto-squelette» (Ignitaurus) ou son installation photographique de 22 000 lunes de pain rond indien (Epilogue), Jitish Kallat propose un parcours complexe à travers son univers mêlant peinture, sculpture, écriture, photographie et vidéo.

Imprégnées de références autobiographiques, politiques et artistiques, les œuvres de Jitish Kallat composent, dans une grande variété de moyens, une chronique du cycle de la vie dans une Inde en mutation rapide. Connectant sociologie, biologie et archéologie, l’artiste porte un regard à la fois ironique et poétique sur les rapports transformés de la nature et de la culture, l’étrangeté au cœur du quotidien, la persistance du spirituel au cœur de la dégradation matérielle.

Jitish Kallat se concentre ici sur une série d’expériences quotidiennes telles que le sommeil, le rire, le repas ou les rituels du voyage. En jouant de l’altération des formes et des dimensions, il fait basculer les visions familières vers des énigmes visuelles décalées, des associations métaphoriques teintées d’une joyeuse ambiguïté.

Jitish Kallat juxtapose délibérément différents stimuli visuels pour forcer le dialogue entre figuration et abstraction, entre histoire et mythe, passé et présent, identifiable et absurde.

Dans l’exposition «The Hour of the Day of the Month of the Season», les assiettes abandonnées sur la table d’un dîner deviennent une constellation planétaire, un matelas se métamorphose en pont autoroutier, et les cycles lunaires font évoluer six roti (pains indiens) surgis de nulle part vers l’anéantissement. Une installation de modèles réduits de sculptures prend la forme d’un théâtre allégorique miniature, où les postures prises par les personnages, des voyageurs fouillés au check-point d’un aéroport, s’apparentent à une danse cérémonielle. Dans les nouvelles peintures de l’artiste, un trajet quotidien devient le terreau propice à faire naître une vaste palette d’autres images.

Dans Covering Letter, exposée à l’Impasse Beaubourg, un extrait de correspondance historique est projeté à travers un rideau de brouillard: il s’agit d’une courte lettre de Gandhi adressée à Hitler en 1939. Jitish Kallat décrit ce texte comme un haiku; la supplication d’un grand avocat de la paix à l’un des êtres les plus violents ayant existé, mais aussi une incitation à l’introspection.

Vernissage
Samedi 7 septembre 2013 à 12h