ART | EXPO

The Future is the Future

07 Juil - 28 Juil 2016
Vernissage le 07 Juil 2016

L’exposition «The Future Is The Future» à la galerie Thomas Bernard rassemble les œuvres de six artistes, représentants des courants du XXe siècle et d’aujourd’hui. Installations conceptuelles, sculptures, tapisseries minimalistes, et emploi des d’objets ordinaires pour faire œuvre : autant de voies pour de nouvelles propositions.

Ignasi Aballí, Pierre Clerk, Rodrigo Matheus, Saskia Noor van Imhoff, Kevin Rouillard, Vittorio Santoro
The Future is the Future

La galerie Thomas Bernard-Cortex Athletico clôt la saison avec l’exposition collective «The Future is The Future» qui réunit les créations de six artistes. Des œuvres de Pierre Clerk, né en 1928, dont la démarche a été marquée par les divers courants artistiques du XXe siècle, aux installations et sculptures de Kevin Rouillard, né en 1989. Les générations se mêlent pour mieux s’ouvrir sur de nouvelles créations.

La tapisserie intitulée Tapestry n°7 (Yellow, White, Black) / Number 51 de Pierre Clerk déploie un langage graphique dans lequel les larges lignes noires horizontales, verticales et courbes partagent l’espace de façon rigoureuse, équilibrant les zones qu’elles laissent au blanc ou à la couleur. L’organisation rationnelle des éléments géométriques intègre les recherches des minimalistes et de l’art conceptuel.

Les installations conceptuelles d’Ignasi Aballí utilisent le texte pour transcender les distinctions entre la peinture, la littérature, la photographie, l’installation et la vidéo. Des successions de tableaux monochromes recouverts de texte dénué de sens soulignent comment l’excès d’images dans la société contemporaine s’accompagne d’un appauvrissement de leur signification.

Structures de stand, bois, racines, photographies, cartes postales et miroirs composent la sculpture Futuristic Archeology de Rodrigo Matheus, réalisée en 2014. L’assemblage d’éléments organiques et d’objets usuels donne naissance à des constructions métaphoriques où se lisent les symboles sociaux et les relations de pouvoir incarnés dans l’architecture.

Également composées de rebus du quotidien, les installations de Kevin Rouillard refondent l’imaginaire du muséum d’histoire naturelle en l’appliquant aux innombrables objets ordinaires qui peuplent nos vies. Elles font de l’insignifiant des œuvres. Les immenses panneaux intitulés Extrait (tole, choc) 185 Rue du Faubourg du Pont Neuf sont composés de bidons en acier déroulés et juxtaposés de façon à former une mosaïque colorée.

L’exposition «The Future Is The Future», ouverte sur l’avenir de la galerie, annonce une exposition de rentrée qui en célèbrera le dixième anniversaire. Intitulée «The Past Is The Past», cette  prochaine exposition reviendra sur les nombreuses collaborations qui ont construit l’histoire de la galerie.

Vernissage
Jeudi 7 juillet 2016, 16h-18h.