ART | CRITIQUE

The Appearance of Collage

Vernissage le 31 Mai 2012
PHélène Ferrand
@12 Juin 2012

Dans l’exposition «The Appearance Of Collage», les toiles de Ilya & Emilia Kabakov sont des trompe-l’œil d’affiches déchirées et superposées évoquant des scènes de l’époque révolue de l’Union soviétique. Il est question de réalité et fiction, de présent et passé, de mémoire, d’interprétation, et de la faillibilité du regard.

Ilya & Emilia Kabakov prolongent leur travail autour de l’image. Après leur exposition «Flying Painting», en 2010, ils reviennent à la galerie Thaddaeus Ropac avec l’exposition «The Appearance Of Collage»: une série de peintures à l’huile sur toile, représentation picturale d’affiches qui auraient été superposées puis déchirées, et mêlant ainsi plusieurs histoires.

Le travail de Ilya & Emilia Kabakov est présenté dans deux salles. Dans la première, une série de cinq esquisses de petit format au crayon représente des affiches déchirées dans lesquelles se mélangent plusieurs scènes de vies délimitées par la trace d’une déchirure dans le papier.
Le gris et le rose dominent, et en s’approchant on découvre que les affiches déchirées sont factices, un trompe-l’œil dessiné au crayon.

En fait, ces œuvres au crayon sont des esquisses de peintures de très grands formats présentées dans l’autre salle. Tout dans ces toiles — la peinture à l’huile, les compositions et le grand format —, concourt à rendre le trompe-l’œil. Des fragments de fausses affiches se superposent et d’entremêlent. Plusieurs histoires sont racontées simultanément, chaque morceau délimité par de fausses déchirures dévoilant ce qui se cache dessous lui.
Dans une même œuvre se côtoient des scènes indépendantes, chacune sur une plage (faussement) déchirée. Par exemple: une femme comptant ses billets, une scène de rue avec des troubadours, et une femme couchée sur le sol. A charge au spectateur d’interpréter ces images tirées du passé.

Ilya & Emilia Kabakov manient aussi le décalage, en superposant l’image d’une femme se regardant dans un miroir avec celle d’un homme assis dans un fauteuil. Deux univers se mêlent à partir d’une autre utilisation de la forme conçue sur la base de trompe-l’œil d’affiches déchirées.

Face à une œuvre d’Ilya & Emilia Kabakov, le spectateur est confronté à un ensemble apparemment arbitraire de fragments, comme devant une énigme, un rébus à résoudre, à interpréter — chaque lecture leur conférant un sens nouveau.
Les références iconographiques des Kabakov renvoient aux affiches de propagande de l’Union Soviétique qui ont perdu leurs significations d’origine. C’est l’un des aspects de ce travail que de montrer que la libre interprétation est tributaire de la mémoire et de ses vicissitudes, qu’elle est fragile et fugace, variable avec le temps, les circonstances et les individus.

Œuvres
Ilya & Emilia Kabakov, The Appearance Of Collage, 2011. Huile sur toile. 272 x 188 cm.

Publications
— Rod Mengham, Flying, éd. Galerie Thaddaeus Ropac, avril 2010.
— Norman Rosenthal et Maria Baibakova, The Canon, éd. Galerie Thaddaeus Ropac, août 2008.
— Ilya & Emilia Kabakov, Under the Snow, CAC Malaga, et. al., oct. 2007.
— Ilya & Emilia Kabakov, Not Everyone Will Be Taken, éd. Galerie Thaddaeus Ropac, janv. 2002.