PHOTO | EXPO

Temps suspendu – Exploration urbaine

17 Sep - 18 Déc 2016
Vernissage le 17 Sep 2016

Les photographies de Romain Veillon, Sylvain Margaine et Henk Van Rensbergen sont rassemblées dans l’exposition « Temps suspendu - Exploration urbaine » à l’espace Niemeyer, à Paris. L’exposition proposée par Le Musée de La Poste offre une plongée parmi les ruines contemporaines, ces lieux abandonnés par l’homme où la nature a repris ses droits et le silence s’est installé...

L’exposition « Temps suspendu – Exploration urbaine » organisée par Le Musée de La Poste à l’espace Niemeyer, à Paris, rassemble les clichés de trois photographes et un documentaire. Une déambulation visuelle parmi des ruines contemporaines où le temps semble suspendu…

Photographier les lieux désaffectés

Soixante-quinze photographies de trois artistes, Romain Veillon, Sylvain Margaine et Henk Van Rensbergen, témoignent d’une même passion pour les lieux construits par l’homme puis abandonnés. Villas et palais italiens ouverts aux quatre vents, salles d’archives vidées et brûlées, gigantesques montagnes russes à l’abandon envahies par la végétation… Les photographies de Henk Van Rensbergen immortalisent des lieux en décrépitude à travers le monde. Délaissés par l’homme depuis seulement quelques dixaines d’années, ces anciens espaces de vie quotidienne et de loisirs ont aujourd’hui vides de toute présence humaine mais en portent encore l’empreinte.

Les clichés de Romain Veillon rendent palpables la réappropriation par la nature des endroits désaffectés et la trace qu’y imprime le temps. La photographie intitulée Sables du temps, qui s’inscrit dans la série du même nom, le sable venu u désert s’est peu à peu accumulé dans les différentes pièces d’une maison jusqu’à atteindre plusieurs mètres de hauteur. Cliché après cliché, c’est un véritable processus d’engloutissement qui se déroule sous nos yeux.

Vestiges de vies passées, temps suspendu

Les sites méconnus que Sylvain Margaine traque à travers les villes sont les vestiges d’architectures souvent modernes mais déjà rendues au silence, où l’activité s’est évanouie. Comme dans la série Man Of Steel de Romain Veillon qui explore des sites industriels aux machines rouillées, une usine textile où les mannequins sont encore couverts de vêtements, ou encore des bureaux où croupissent de vétustes ordinateurs, les photographies de Sylvain Margaine s’attardent dans une ancienne centrale électrique, dans un village olympique où un plongeoir s’avance sur le vide d’un bassin tout en tons de gris et turquoise délavé, tacheté de moisissures.

Les photographies des trois artistes ont en commun de savoir capter l’ambiance particulière de ces lieux à l’abandon, dont la nature reprend peu à peu possession, où le temps fait son œuvre, écaillant les peintures, fissurant les murs, brisant les carreaux de fenêtres. Une ambiance faite de silence, de tristesse mais aussi de sérénité.