ART | EXPO

Talking City

11 Fév - 02 Avr 2011
Vernissage le 11 Fév 2011

Stephen Willats travaille sur le rapport entre l'art et d'autres disciplines comme la sociologie, l'analyse des systèmes, la cybernétique, la sémiotique et la philosophie.

Stephen Willats
Talking City

Le centre d’art passerelle présente, en partenariat avec le Badischer Kunstverein de Karlsruhe et à l’occasion du programme Thermostat, initié par d.c.a. et l’Institut français d’Allemagne, une exposition monographique de l’artiste conceptuel anglais, Stephen Willats.

Stephen Willats vit à Londres et compte aujourd’hui parmi les artistes les plus influents en Europe. Les travaux de Willats sont encore peu connus en France, bien que l’artiste y ait travaillé et que quelques-unes de ses œuvres maîtresses se trouvent dans des collections françaises.

Depuis les années 1960, il travaille sur le rapport entre l’art et d’autres disciplines comme la sociologie, l’analyse des systèmes, la cybernétique, la sémiotique et la philosophie. Sa pratique artistique souligne l’importance du contexte, du langage et de sa signification, ainsi que le rôle du spectateur, en s’adressant aux polémiques de la société contemporaine.

Le champ des images de Stephen Willats se caractérise par un recours à des éléments issus de la peinture et de la sculpture abstraites, à une production d’images documentaires et à des pratiques performatives.

Les œuvres présentées au centre d’art passerelle à Brest s’interrogent sur une analyse des relations sociales et politiques entre l’individu, le collectif et l’espace public.

La série «Multiple Clothing» notamment, consiste en des vêtements qui deviennent un espace d’expression, d’échange, de communication et de relation sociale. Les vêtements véhiculent des messages qui évoquent tour à tour des humeurs, des comportements, des pensées humaines. Ce prolongement du langage oral vers un langage écrit permet alors au corps de devenir une entité de langage en soi. Cette série renvoie également aux procédés de codage et de décodage qui sont intrinsèques à tout processus de communication.

Stephen Willats inscrit son travail dans une réflexion plus large sur le contexte social dans lequel sont produits ces «vêtements»: contexte médiatique mais aussi contexte de la création dans le domaine de la mode… La série, pensée à la manière d’une performance, met en jeu également la question du visiteur de l’exposition : acteur de la construction de la série à son point de départ, il est aujourd’hui spectateur du travail, induisant une nouvelle perception de l’œuvre.

Stephen Willats examine le processus de la communication entre individus, ainsi que les signes et les symboles qui les entourent au quotidien. Au lieu de travailler dans les limites d’un environnement standardisé, Stephen Willats compte sur la participation du spectateur et stimule son potentiel à comprendre et considérer ses propres capacités de perception, afin de développer des nouvelles manières d’imaginer la vie.

Cette exposition s’inscrit dans la thématique annuelle développée par le centre d’art passerelle, à savoir autour de la notion d’abstraction: les œuvres présentées ont pour point commun de partir du réel et de décliner, à partir de la réalité perçue, des objets qui schématisent, déconstruisent la forme. Le réel perçu est recentré autour de la perception du corps humain et de ses extensions: le vêtement, la maison, la ville.

Les propositions d’abstraction et de reconstruction des artistes touchent donc à ces thématiques spécifiques que sont le corps, l’habit, l’architecture et l’environnement urbain, comme des visions prolongées et abstraites de cette réalité.