PHOTO | EXPO

Mobile / Immobile

16 Jan - 29 Avr 2019

L’exposition « Mobile / Immobile » réunit aux Archives nationales des œuvres d’artistes contemporains, peintures, objets, dessins, photographies, installations, vidéos, et des publications de chercheurs en sciences sociales autour de la question de la mobilité. De Le Corbusier à Ai Weiwei en passant par Claire Chevrier, Alain Bublex, Elinor Whidden, Thomas Sauvin et Sylvie Bonnot se révèlent les enjeux cruciaux de nos déplacements.

L’exposition « Mobile / Immobile » aux Archives nationales explore le thème de la mobilité, son évolution et son devenir, à travers le regard mêlé d’artistes et de chercheurs. Sous-titrée “Artistes et chercheurs explorent nos modes de vie”, l’exposition rassemble sur les sites de Paris et de Pierrefitte-sur-Seine des Archives nationales des œuvres d’artistes contemporains, des publications scientifiques de chercheurs en sciences sociales et des documents issus du fonds des Archives nationales autour de la question de la mobilité, un thème qui est devenu central dans nos modes de vie et qui est situé à la croisée des enjeux sociaux, politiques et écologiques.

« Mobile / Immobile » : regard croisé d’artistes et de chercheurs sur la mobilité

L’exposition met en lumière l’ambivalence de la question de la mobilité : si la facilité qui caractérisent désormais nos déplacements, depuis la démocratisation des transports motorisés, est source de liberté et de plaisirs, elle est aussi un facteur d’aliénation avec un rythme de vie toujours plus rapide auquel il faut s’adapter, des interdictions et des contrôles, que ce soit dans l’accès quotidien aux transports publics ou dans le cas des migrants, et des problèmes environnementaux.

Le parcours, organisée de façon thématique, met en dialogue des créations artistiques, peintures, objets, dessins, photographies, installations, vidéos, des publications scientifiques et les fonds des Archives nationales ayant trait à la surveillance des mouvements humains. Il explore à travers eux de façon historique, scientifique et sensible le passé, le présent et le futur de notre mobilité.

Photos de Sylvie Bonnot, installation d’Ai Weiwei, peintures de Laurent Proux

En introduction, des photographies de Sylvie Bonnot captant les mouvements de foule étonnamment fluides à Tokyo sont confrontées à l’installation La montagne immobile d’Elinor Whidden à travers laquelle l’artiste canadienne, sur fond d’une photographie de casse automobile, imagine un monde post-pétrole où les éléments automobiles servent à de nouveaux usages, loin du symbole de liberté et de vitesse que représentait la voiture au XXe siècle. C’est ce dernier symbole qu’explore la première partie, notamment à travers le projet intitulé Plan Voisin que Le Corbusier avait conçu pour le centre de Paris, et des photographies de Catherine Poncin et Claire Chevrier.

Dans la deuxième partie consacrée à la mobilité sous contrôle, un ensemble d’Ai Weiwei composé de photos et de vidéos s’intéresse à la façon dont leur utilisation des smartphones conditionne les déplacements des migrants. Les peintures de Laurent Proux reflètent l’éclatement de nos identités et de nos vies sociales induit par l’augmentation de la vitesse des modes de déplacement et la dématérialisation des modes de communication. Les photographies du projet Métamorpolis de Tim Franco documentent la croissance exponentielle de la mégalopole chinoise de Chongqing.