ART | EXPO

Surface du réel

15 Fév - 04 Mai 2014
Vernissage le 14 Fév 2014

A travers ses œuvres Guillaume Mary interroge la problématique de la mémoire. Il réalise des compositions subtiles qui traduisent, de la manière la plus authentique possible, des impressions du passé dans des matières concrètes telles que la peinture ou le bois.

Guillaume Mary
Surface du réel

Il existe un désir profondément humain de fixer les souvenirs des moments précieux et des lieux qui ont marqué. Le plus souvent, la photographie représente le moyen privilégié d’assouvir ce besoin, son image saisissant le sujet dans tous ses détails, une technique séduisante par son apparente objectivité. Or, n’est-il pas vrai que la mémoire humaine opère de manière infiniment plus complexe? Les souvenirs ne se présentent pas comme une succession de faits et d’images absolues et rigides mais, au contraire, comme une substance profondément malléable qui évolue continuellement.

Le travail de Guillaume Mary interroge cette problématique de la mémoire, de l’écart entre la justesse des formes et la part de subjectivité inhérente à toute expérience humaine. À la fois transposer un paysage, en cristalliser les plus essentielles caractéristiques formelles dans une matière concrète et ajouter une part de lui-même pour «se raconter» dans sa subjectivité, telle est la gageure centrale de son œuvre.

Il réalise des compositions subtiles qui rendent, de la manière la plus authentique possible, des impressions du passé dans les matières concrètes de la peinture et parfois du bois. L’élaboration formelle passe par une sorte de sédimentation du regard, lors de laquelle l’artiste médite les éléments et les traits fondamentaux des lieux qui l’interpellent.
Nicola Marian Taylor

À certains moments, Guillaume Mary fait le vide sur la toile, progressivement, avec des lambeaux de couleurs qui partent vers les marges, laissant le centre de la vision à son éblouissement; il écarte, repousse, éloigne. Mais on peut aussi dire le contraire, dans la mesure où il n’y a pas de sens de lecture imposé: la couleur vient.

Ce recouvrement est d’une matière la plus légère possible, spectrale, où les formes sont arrêtées, approximatives — sous les motifs, l’objet référent absent est d’une netteté intellectuelle parfaite — présupposée. À cet instant, le fond (vide, blanc, mat) recouvert par un trait large coloré, qui marque peu, laisse cette surface devenir fond (plein, orange, mat) recouvert d’un badigeon blanc, comme en passent des ouvriers sur une vitre pour dissimuler un chantier ou son arrêt.
D’après un texte de Paul Laurent.