ART | EVENEMENT

Sunday’s Screening N°11

05 Oct - 05 Oct 2014
Vernissage le 05 Oct 2014

Evénement trisannuel créé en 2010, les «Sunday’s Screening» sont une occasion d’aller à la rencontre de vidéos d’artistes qui forgent la création actuelle. Neuf galeries situées dans le quartier du Marais ouvrent leurs portes pour cette nouvelle édition.

Cédric Klapish, Alix Delmas, Unglee, Marie Vermillard, Frédérique Chauveaux, Sylvain Bourget, Josué Z. Rauscher, Patrick Guns, Sigurdur Gudmundsson, Chen Chieh-Jen, Esben Klemann
Sunday’s Screening # 11

Evénement trisannuel créé en 2010 par la galerie Polaris, les «Sunday’s Screening» sont une occasion pour les amateurs et les professionnels de l’art d’aller à la rencontre de vidéos d’artistes qui forgent la création actuelle à l’internationale.

Neuf galeries ouvrent leurs portes pour cette nouvelle édition: la Galerie Cinéma Anne-Dominique Toussaint, Galerie M&T de la Châtre, Galerie Christophe Gaillard, Galerie Polaris, Galerie Maria Lund, Galerie Duboys, Galerie Marine Veilleux, Galerie Anywhere Paris, et la Galerie Olivier Robert.

— Galerie Cinéma Anne-Dominique Toussaint: Cédric Klapish
Un an après avoir clôturé la trilogie des voyages de Xavier avec «Casse-Tête Chinois», le réalisateur Cédric Klapisch revient avec Paris-New York, une exposition inédite de ses photographies. Une installation-vidéo inédite sera également projetée pendant l’exposition.

— Galerie Anywhere Paris: Alix Delmas
Alix Delmas propose 4 pièces indépendantes (By the way, 2012, Une nuit sur la plage, une planète, 2014, Le nuage, 2012, D106, 2007) qui ont la particularité commune d’offrir un paysage mental.

— Galerie Christophe Gaillard: Unglee
Unglee présente nOn (2001-9mn30). Avec Christian Francelet, Mathieu Capel, Ulrick Desert, Stefan Gouzouguec. Quatre garçons expriment leurs demandes d’amour, leurs peurs de ne pas être aimés, de ne plus être aimés, leurs peurs d’être abandonnés et de se retrouver seuls.

— Galerie Duboys: Marie Vermillard et Frédérique Chauveaux
Marie Vermillard, réalisatrice, vit et travaille à Paris, propose des vidéos installations à partir de 2 films qu’elle a réalisés, La voie lactée et Cheval/homme et enfant, en s’appropriant des icônes masculines auxquelles elle fait subir tout le poids de sa subjectivité.
Frédérique Chauveaux propose Sixtine, une installation vidéo dans laquelle nous assistons à une chute/élévation du corps symbolisée par trois chemises à la fois réelles (sculptées, moulées) et virtuelles (filmées et projetées).

— Galerie Marine Veilleux: Sylvain Bourget et Josué Z. Rauscher
Sylvain Bourget présente Wheelchair Dance (2010 vidéo HD – 2mn30s en boucle). Film d’animation 3D qui reconstitue via deux cubes les mouvements, rotations, translations d’une vidéo issue d’un concours de danse de fauteuils roulants.
Josué Z. Rauscher présente Projets pour Aperto (2011 vidéo/son,11mn 35s). Un espace frontal, théorique où le cadre de l’image vient coïncider avec la face transparente en avant plan d’un parallélépipède rectangle de démonstration. Théâtre, fenêtre albertienne ouverte sur un espace de projection et d’expérimentation.

— Galerie Polaris: Patrick Guns
Patrick Guns présente I like Africa and Africa likes me (9 min, noir et blanc, 2009) vidéo d’une performance en référence à celle de Joseph Beuys I Like America and America Likes Me (1974).

— Galerie M&T de la Châtre: Sigurdur Gudmundsson
Sigurdur Gudmundsson, artiste islandais né en 1942, présente une vidéo inédite Head & Cauliflowers (2009). Proche de Fluxus, et se définissant comme un «conceptualiste visualiste», Sigurdur Gudmundsson s’attache à rendre le langage visible en maniant l’art du décalage avec des énigmes visuelles ou des visualisations d’expressions verbales.

— Galerie Olivier Robert: Chen Chieh-Jen
L’artiste taïwanais Chen Chieh-Jen présente Lingchi-Echoes of a Historical Photograph, une installation vidéo géante créée pour la Biennale de Taipei en 2002.

— Galerie Maria Lund: Esben Klemann
Esben Klemann illustre son hyperactivité créatrice dans une vidéo inédite dans laquelle on le voit ébaucher à l’ordinateur une centaine de formes à un rythme effréné. Le spectateur est plongé au cœur même du processus créatif et observe à l’écran se dessiner l’ébauche d’une architecture, d’un objet… Mais avant que la forme n’aboutisse, l’artiste l’a déjà à demi effacée.

Informations
Dimanche 5 octobre 2014, de 14h à 19h