ART | EXPO

Suite N.

18 Mai - 30 Août 2009
Vernissage le 17 Mai 2009

Samon Takahashi mêle musique et art contemporain sans compartimenter ni borner ses pratiques. Ses pièces sont-elles à voir ou à entendre? Est-il drôle ou engagé? Takahashi joue sur le sens et les sons, il entremêle l’utile et l’agréable jusqu’à la perte des repères. En ressort un univers drôle, poétique mais aussi reflexif.

Communiqué de presse
Samon Takahashi
Suite N.

Cette exposition s’inscrit dans le cadre de la seconde édition de Plein Soleil / L’Eté des centres d’art.

« Suite N n’est pas une exposition d’oeuvres sonores; plutôt des oeuvres sonnantes, des situations musicales. Des dispositifs, des bordures mythologiques, où les propositions se cachent derrière la poésie, voire l’humour et ses aigreurs. » Samon Takahashi.

Cette exposition au titre énigmatique, à la limite de l’absence, donne des pistes pour mieux perdre le spectateur. Chaque objet, tiré du quotidien ou de l’esprit de l’artiste, devient instrument au service d’une partition ou d’une improvisation.

Ces suites de notes ordonnées ou libérées interrogent la mécanique de l’écriture musicale mais aussi le sens des « machines » usuelles.
L’installation Music for Airport constituée de portiques de sécurité dessine un espace de déplacements chorégraphiques pour des corps mélodiques. Le mouvement acte de création sonore trouve son prolongement dans l’oeuvre Nichts Niemand Nirgends Nie !. Une tondeuse à cheveux fait vibrer un miroir dans un mouvement répétitif.

Ces machines perturbées, contrariées luttent alors contre leur propre utilité et donnent un sens politique aux installations de Samon Takahashi.
Cette démarche met en scène le rêve éveillé de l’homme dans un espace quotidien qui ne laisse que peu de place à l’improvisation et à une pensée décalée.

A la suite de ce rapport frontal, Samon Takahashi trouve un prolongement poétique dans une installation architecturale : Contrappunto dialettico alla mente. Cet escalier à la finalité absurde est une échappatoire aux restrictions de la technique utile, une invitation à l’élévation. Cette forme monolithique lumineuse semble être régie par une pensée mathématique et robotique. Il est comme le titre l’indique le contrepoint du constat d’aliénation par l’objet.

Enfin, La nature est aussi vecteur de sonorité avec un tête à tête entre l’oiseau et son image. Cette mise en abîme du son et de l’image de l’animal plonge le spectateur dans le rapport schizophrénique de l!être et de sa représentation.


Vernissage
Dimanche 17 mai. 14h-20h.


Evénements
— 16h30 : Emanuele Carcano : « Leçon des silences »
Audio-conférence ayant pour thème les oeuvres « sonores » silencieuses.
Il dévoilera à cette occasion quelques enregistrements de sa collection. Emanuele Carcano est éditeur de musique se consacrant aux avant-gardes, de la poésie sonore à la musique électronique. Fondateur des éditions Alga Marghen, Milan.

— 17h15 : Thomas Barbey : « À crédit et en stéréo » et « Une des couleurs »
Performance – Poésies sonores de cet artiste plasticien et paysagiste.

— 18h : Matthieu Doze active « Music for Airport »
Performance – Variations pour quatre danseurs, quatre portiques de détection de métaux, et quelques objets métalliques… autour
de l’installation sonore Music for Airport de Samon Takahashi.

— 19h : Georges Edmond : split/barge
Concert – duel à l’aveugle avec feedbox et générateurs sur les terrasses de la Maison Flottante.

— 19h45 : Les Soulillous brothers
Concert – duel à l’aveugle avec instruments et électronique sur les terrasses de la Maison Flottante.

Au départ de la place du Châtelet, en face du café Zimmer, à 15h30, une navette gratuite affrétée pour l’occasion pourra vous conduire jusqu’à l’île des Impressionnistes.