ART | EXPO

Street culture

16 Oct - 04 Déc 2015
Vernissage le 15 Oct 2015

Les cultures urbaines alimentent de nombreux artistes, qu’ils viennent des milieux du skateboard, du graffiti, de la photographie, ou d’origines plus éloignées. L’Emba de Châteauroux en réunit un panel masculin, où se croisent photographies, sculptures, installations.

Alex Fakso, Mounir Fatmi, Nils Guadagnin, Nils Inne, Fred Mortagne, Nils Svensson
Street culture

L’exposition de rentrée de l’Ecole municipale des beaux-arts de Châteauroux porte sur la relation entre la création artistique et la culture urbaine. Cette culture emblématique de la pratique du skate et du graff renvoie à des mouvements libertaires, non institutionnels. Des peintures, sculptures, photographies, films activent les déplacements entre les choses et suscitent un effet de turbulence. Entre autres, la pratique du skateboard s’invite dans la galerie, la peinture, les objets s’extériorisent sur la façade de l’école et l’exposition se poursuit à la bibliothèque Saint-Jean.

L’exposition met en résonance des œuvres réalisées par des personnalités aux parcours singuliers. Skateur devenu photographe, artiste, artiste skateur… Chacun à sa manière voit en l’espace urbain un gigantesque terrain d’expression et de revendication. Les uns s’approprient les murs, les autres, le bitume ou les deux. Selon leur relation à la pratique du skate et du graff, ils restituent ce mouvement vital qui traverse la ville.

Nils Svensson, photographe originaire de Malmö en Suède, documente depuis les années 90 la scène skate de Malmö en constante évolution. Le Français Fred Mortagne, réalisateur et photographe autodidacte, concentre principalement son travail autour du skateboard, dans des photographies graphiques et géométriques, presque exclusivement prises en noir et blanc, où l’esthétique et le style du sport l’emportent sur la performance. Alex Fakso, photographe italien, fréquente depuis le début des années 90 les milieux du skateboard et du graffiti, qu’il documente en argentique et en numérique, en noir et blanc et en couleurs.

Nils Inne, qui a grandi entre les pinceaux de son père et sa planche de skateboard avec laquelle il arpente les rues et les places de la cité niçoise, a affiné son trait de crayon et son style au rythme de ses voyages avec ses sponsors skate et de ses rencontres. A cheval entre Tanger et Paris, les installations de Mounir Fatmi traitent de la désacralisation de l’objet religieux, de la déconstruction, de la fin des dogmes et des idéologies. Il s’intéresse spécialement à l’idée de la mort de l’objet de consommation. Basé à Paris, Nils Guadagnin revisite des procédés sculpturaux et questionne les limites matérielles et perceptibles de formes et éléments qui composent et structurent notre environnement.

Photographies de figures acrobatiques dans l’espace urbain, sculptures témoignent du potentiel subversif des objets, dès lors qu’ils sont investis par l’imaginaire des artistes, des skateurs, des graffeurs, ou des trois en même temps.