ART | EXPO

Strass et paillettes

25 Jan - 25 Fév 2011
Vernissage le 25 Jan 2011

Le travail de Pablo Garcia met en jeu la mémoire d’événements historiques et questionne les utopies sociales et leurs mises en place.

Communiqué de presse
Pablo Garcia
Strass et paillettes

La démarche de Pablo Garcia consiste essentiellement à prélever des éléments du monde qui l’entoure. Il les fait dialoguer avec des dispositifs de monstration, et tente d’amener le spectateur à porter un regard autre sur son propre monde, notamment par son implication physique.

Les images produites sont difficilement visibles ou lisibles au premier abord. Il ajoute aussi très souvent une composante temporelle à la révélation de ses images. A une l’époque de surmédiatisation des informations et du règne de l’apparence, du montage, démontage, remontage des images sans recul, façonnant un point de vue unique, le dispositif imaginé par Pablo Garcia nous invite à repenser notre rapport aux images, au temps et à la distance nécessaires pour leur compréhension, à contrario du discours médiatique, usant d’immédiateté, qui transforme les illusions en vérités inaliénables.

«Strass et paillettes», première exposition organisée conjointement par le Centre d’art Le Lait, est une exposition en deux temps, deux lieux, qui présente deux dispositifs opposés et complémentaires, deux points de vue, déclinés en deux actes.

D’une part, dans la salle d’exposition de la MJC, plongée dans une lumière crue, où défilent les images médiatiques évoquées ci-dessus, le spectateur se retrouve confronté à cette immédiateté de l’information, en même temps qu’il éprouve physiquement l’aveuglement qui le guette dans sa compréhension du monde.

En contrepoint, dans la Box des moulins au centre d’art Le Lait, une phrase et une chambre noire transformée en sténopé invitent le visiteur à prendre le temps de découvrir l’image et le propos uniques choisis par l’artiste. L’aveuglement provoqué par cette chambre noire induit cette fois-ci persévérance, recherche, attente et frustration, qui sont les voies incontournables d’un accès à la connaissance. L’image se dévoile difficilement et le spectateur est invité à profiter de ce temps d’apparition pour décoder l’image, la déchiffrer et la penser en regard du contexte de l’exposition.

Le titre «Strass et paillettes» fait référence à un morceau de Booba (rappeur français) qui évoque une jeunesse dépolitisée, ultra-capitaliste et consumériste, soumise au règne du Paraître et de l’Envie, véhiculée par les médias et la publicité. S’opère un décalage entre titre et exposition: d’un côté une «accroche» qui joue le jeu des médias dont il est question, contrebalancée par une communication minimale (des affiches noires) et une exposition au plus simple des moyens employés (ou tout du moins en apparence).