ART | EXPO

Strange fruit hanging in the street

16 Mai - 31 Oct 2009
Vernissage le 15 Mai 2009

La démarche de Malachi Farrell est celle de l’engagement, de la résistance, de la mise à nu de la violence contre l’humanité et des systèmes qui l’activent. Ses œuvres suscitent simultanément l’émotion et la réflexion, catalysés par l’humour et l’ironie.

Communiqué de presse
Malachi Farrell
Strange fruit hanging in the street
Cette exposition s’inscrit dans le cadre de la seconde édition de Plein Soleil / L’Eté des centres d’art.

Commissariat : Jackie-Ruth Meyer
Malachi Farrell traite des grandes questions politiques et sociales, passées et présentes, sur un mode narratif, théâtralisé, par lequel l’imaginaire favorise la prise de conscience. Il utilise le son, la lumière, des machines insolites, des figures et des objets articulés, pour la réalisation desquels il associe bricolages ingénieux et technologies de pointe.

Sa démarche est celle de l’engagement, de la résistance, de la mise à nu de la violence contre l’humanité et des systèmes qui l’activent. Ses œuvres suscitent simultanément l’émotion et la réflexion, catalysés par l’humour et l’ironie.

Le titre de l ’exposition « Strange fruit in the street », entièrement crée pour les Moulins à Albi, fait référence au poème Strange Fruit, décrivant le lynchage d’un Noir, écrit au milieu des années 30 par Abel Meeropol, enseignant juif du Bronx dont le nom de plume est Lewis Allen.

Il a été interprété pour la première fois par Billie Holiday en 1939 au Café Society, à New York, premier café « intégré ». Cette chanson est reprise dans le film Lady sings the blues. Elle est considérée comme la première « protest song » américaine et constitue les prémices de la lutte pour les droits civiques des années 50.

Malachi Farrell transpose le lynchage de l’homme noir à la situation mondiale actuelle, où la population et l’environnement sont détruits par la misère sociale et l’inconscience écologique. L’exposition est un parcours dans la rue d’un mauvais quartier aux Etats-Unis, un lieu à la marge, métaphore de toutes les villes en crise… dans un univers sombre peuplé d’automates animés.

Vernissage
Vendredi 15 mai à 18h.

Horaires
Ouvert du mercredi au dimanche de 14h à 19h. Fermés les jours fériés

Tarifs

Entrée 2 € – Billets groupés 3 € centre d’art Albi et Castres
Gratuit pour les demandeurs d’emplois, les moins de 18 ans et les étudiants.