DESIGN | EXPO

Stilleben

24 Mar - 23 Avr 2016
Vernissage le 24 Mar 2016

La Galerie Dansk Mobelkunst présente les œuvres du britannique Michael Anastassiades dans l’exposition «Stilleben». Le designer met en scène ses pièces de mobilier et luminaires dans une scénographie quelque peu singulière où chaque objet est là où on ne l’attend pas.

La Galerie Dansk Mobelkunst, spécialisée dans le mobilier nordique, expose dans «Stilleben» le mobilier moderniste et les luminaires du designer britannique Michael Anastassiades. La scénographie de l’exposition, imaginée par l’artiste lui-même, renvoie l’image d’un habitat quelque peu surréaliste. La gravité semble en effet absente de l’espace d’exposition tandis que chacune des pièces est disproportionnée, sortie de son contexte ou détournée de sa fonction initiale. Un tapis, désireux d’être tenture ou tableau, paraît ne plus savoir où est sa place, hésitant entre le sol et le mur. Les sièges sont couchés, les lumières sont posées au sol et les lits dressés contre les murs. Une table ronde, en équilibre sur quatre sphères d’or, est éclairée par un mobile lumineux surdimensionné.

L’illogisme de cette scénographie n’empêche pas une certaine harmonie générale, une ambiance apaisée, un calme que viennent cependant perturber l’énergie et le mouvement introduits par les luminaires sculpturaux de Michael Anastassiades. Le titre de l’exposition se réfère à cet équilibre entre still (calme) et leben (vie). Plus largement, les pièces du designer britannique et la manière dont ce dernier les met en scène dans l’exposition questionnent la place des objets dans le monde contemporain, entre contemplation esthétique et fonction purement utilitaire.

Michael Anastassiades, artiste plasticien et designer, a fondé son studio en 1994. Positionné entre art et design donc, son travail vise à susciter la réflexion, le dialogue et l’interaction. Michael Anastassiades crée des pièces simples et utilitaires, auxquelles il ajoute toutefois une marque de noblesse, à l’instar de sa sobre table en bois montée sur quatre piédestaux d’or. Une façon, peut-être, de sublimer la vie quotidienne? On retrouve les œuvres du britannique dans les collections permanentes du MoMA à New York, du Victoria and Albert Museum à Londres, ou encore du FRAC à Orléans.