ART | EXPO

Reflections

06 Sep - 19 Oct 2019
Vernissage le 05 Sep 2019

L’exposition « Reflections » à la galerie parisienne NeC dévoile des sculptures en céramique du Danois Steen Ipsen : des assemblages de pièces monochromes et brillantes d’une grande précision formelle qui évoquent des agrégats minéraux ou organiques.

L’exposition « Reflections » à la galerie NeC, Nilsson et Chiglien, à Paris, présente deux séries de sculptures de l’artiste danois Steen Ipsen, Coloured Reflections et Black Reflections. Ces œuvres en céramique s’inscrivent dans une forme d’expression qui conjugue à la fois la notion de forme et celle de décoration : la décoration s’intègre à la forme tandis que la forme elle-même devient décorative par son inscription dans l’espace.

« Reflections » : sculptures en céramique de Steen Ipsen

Les sculptures de Steen Ipsen, malgré leur aspect dénué d’imperfection, comme usiné, sont toutes uniques, réalisées à la main et sans aucun recours à une technique informatique ou numérique. La notion de savoir-faire manuel est centrale dans le travail de l’artiste. Chaque pièce est émaillée, re-émaillée et cuites à plusieurs reprises afin obtenir une surface parfaitement lisse et monochrome. La brillance de la monochromie permet d’attirer le regard du spectateur vers la sculpture comme vers un miroir.

Des sculptures à la forte dimension graphique

Si la céramique demeure le matériau central des œuvres de Steen Ipsen, dans certaines de ses réalisations, elle est rehaussée de cordes colorées, de lanières de cuir ou de PVC ou de motifs tracés à la main, qui soulignent les contrastes formels de l’objet et ses mouvements. Ces ajouts inscrivent les sculptures dans un contexte spatial et leur impriment une forte dimension graphique. Les mouvements sont également mis en valeur par le vernis brillant des sculptures.

Les œuvres de Steen Ipsen évoquent des agrégats organiques

L’assemblage des sculptures de Steen Ipsen peut suivre différentes méthodes : l’accumulation de pièces en argile suivant des variations ou bien le libre modelage d’objets. Il en résulte des œuvres comparables à des systèmes géométriques inspirés de processus de croissance organique et minérale tels que la cristallisation ou le corps humain. Ainsi l’exposition dévoile-t-elle des objets en forme de boules, d’ellipses ou encore d’amas muraux.