ART | EXPO

Sous la surface des roses

28 Fév - 11 Avr 2009
Vernissage le 28 Fév 2009

La série Beneath The Roses propose un large éventail de situations psychologiques ou familiales, à la limite de la psychose. A la tombée de la nuit, dans un univers suburbain paisible, des personnages sont figés dans des actions étranges.

Gregory Crewdson
Sous la surface des roses

Pour sa seconde exposition à la Galerie Daniel Templon, la jeune star de la photographie américaine Gregory Crewdson présente son tout dernier travail, inspiré par le cinéma fantastique et les séries télévisées et évoquant la face noire du rêve américain.

La série Beneath The Roses (Sous la surface des roses) propose un large éventail de situations psychologiques ou familiales, à la limite de la psychose. A la tombée de la nuit, dans un univers suburbain paisible, des personnages sont figés dans des actions étranges. Une femme enceinte nue attend devant une maison délabrée.

Une jeune adolescente observe sa mère, le regard perdu, allongée sur un lit. Une femme au visage soucieux prend un bain dans une pièce lugubre, un flacon de médicaments posé sur le bord du lavabo. Ces scènes insolites sont le révélateur de frustrations, de désirs inavoués ou d’angoisse. Comme l’explique l’artiste : « tout l’enjeu est de créer son propre monde. Le mien est un décor sur lequel je projette mes propres drames psychologiques. »

L’univers de Gregory Crewdson joue avec les codes du cinéma fantastique, de Hitchcock à Lynch ou encore Spielberg. Il travaille comme un réalisateur avec des décors entièrement conçus à partir de story boards, une équipe complète de cinéma (décorateurs, maquilleurs, accessoiristes…) et des effets spéciaux dignes de films de science-fiction. Cependant, selon lui, seule la photographie, à la différence d’autres formes narratives, reste toujours silencieuse. Il n’y a ni d’avant, ni d’après. Les événements qu’elle capture restent un mystère.

Professeur de photographie à l’université de Yale, Gregory Crewdson incarne la nouvelle génération de la « photographie de mise en scène » (staged photography) dont des artistes comme Jeff Wall ou James Casebere ont été les pionniers. Son travail a une grande influence sur toute une génération de plus jeunes artistes mêlant cinéma et photographie.

Vernissage

Samedi 28 février 2009. 12h-20h.