ART | EXPO

Someone knows better than me

23 Jan - 21 Mar 2010
Vernissage le 22 Jan 2010

Le travail de Guillaume Leblon est un jeu subtil de caches et de révélations, un processus lent vers la découverte d'un lieu indéfini, la tentative de percevoir une atmosphère.

Communiqué de presse
Guillaume Leblon
Someone knows better than me

Les expositions conçues par Guillaume Leblon sont des paysages à la fois concrets et mentaux nourris d’archétypes simples (la nature, l’architecture et l’habitat domestique, le quotidien).

Jalonnés d’objets et de sculptures qui sont autant d’indices à interpréter pour le visiteur, ces paysages s’apparentent aux mises au jour archéologiques, appliquées cette fois au temps présent. Les divers processus de détournement mis en oeuvre par l’artiste questionnent le rôle et la présence des objets et des formes, leur rapport au temps, à la mémoire.

Mais qu’il s’agisse d’un arbre maintenu à quelques centimètres du sol (L’Arbre, 2005) ou d’un escalier, fabriqué quasi échelle 1 en carton plume (Vue depuis l’entrée vers l’escalier, 2004-2008), toutes les stratégies déployées par Guillaume Leblon (multiplication des points de vue, perturbations des échelles…) concourent à mettre en tension les rapports entre l’individu et l’espace.

Ainsi, dans Réplique de la chose absente (2009), il met en scène une rencontre, entre surfaces neuves et altérées, stratifications spatiales et temporelles, traces de présence humaine et suggestion d’un hors-champ. A la fois, mémoire et lacune, simulation, témoignage et projection, le travail de Guillaume Leblon cultive l’esquive, n’élucidant rien de l‘enquête perceptive qu’elle nous propose.

En ce sens, l’art de Guillaume Leblon endosserait volontiers la fonction de ce que les Anglais nomment « a conversation piece », nom qualifiant un objet qui, par un certain trait d’étrangeté, concentre l’attention et suscite la parole. Un art que l’on peut décrire, mais jamais circonscrire.

« Someone knows better than me » est un projet d’exposition inédit de Guillaume Leblon produit par le Grand Café qui poursuit son investigation des pratiques actuelles de la sculpture comme moyen de reformulation de l’espace.

vernissage: 22 janvier 2010 à 18h.