ART | EXPO

Someone else with my fingerprints

28 Juin - 05 Sep 2007
Vernissage le 27 Juin 2007

Dans l’exposition «Someone else with my fingerprints», il est question d’ascendance, de copyright, de réincarnation, et d’emprunt de formes et de travaux préexistants. Avec Sherrie Levine, Rirkrit Tiravanija, Mario Garcia Torres, Claire Fontaine, Wade Guyton, Reena Spaulings et Bernadette Corporation.

Sherrie Levine, Rirkrit Tiravanija, Mario Garcia Torres, Claire Fontaine, Wade Guyton, Reena Spaulings et Bernadette Corporation
Someone else with my fingerprints

Il est question ici d’ascendance, de copyright, de réincarnation, et d’emprunt de formes et de travaux préexistants.
Certains artistes n’ont en effet pas de scrupules à apposer leurs propres empreintes sur une image emblématique ni de s’approprier un travail déjà réalisé. Étant donnée l’adoration que de nombreuses personnes éprouvent pour les mêmes choses, ces artistes nous font remettre en question leurs auras et l’intensité de notre attachement pour elles.

Sherrie Levine reproduit ainsi en bronze, à douze exemplaires, un perroquet empaillé ready made trouvé au marché aux puces qu’elle intitule Loulou en référence à celui que l’héroïne d’Un Cœur Simple de Flaubert adule jusqu’à voir en lui le Saint-Esprit. Rirkrit Tiravanija lui, désacralise une oeuvre d’art minimal de Robert Smithson avec une quantité débordante de riz au jasmin qui ne demande qu’à être partagé.

L’attraction pour l’original mélangé à celle de la copie intensifie la complexité de notre relation à l’œuvre. Mario Garcia Torres joue de cette surenchère en poussant un peu plus loin l’obsession de l’artiste et du collectionneur pour la signature, en l’occurrence celle que Bruce Nauman imaginait, écrite sur la surface de la lune.

Si ces artistes empruntent l’identité d’un autre (alors que plusieurs d’entre eux travaillent déjà sous un pseudonyme), c’est pour mieux évoquer notre rapport de projections et de désirs envers l’oeuvre unique et originale. Claire Fontaine enrobe une rangée de briques dans la couverture d’un ouvrage de Gilles Deleuze au titre éloquent, Différences et Répétitions, d’après un original de Carl André (Lever). La répétition permettant ainsi de mesurer la pérennité de l’oeuvre dans l’espace et dans le temps.

Les collectifs Claire Fontaine, Reena Spaulings et Bernadette Corporation ont choisi de s’associer pour mieux revisiter le fameux monument de Andy Warhol en filmant en concentré Imperio, son sosie mexicain. Wade Guyton ajoute dans ses Printer Drawings un motif graphique sur des pages de livres d’Histoire de l’Art illustrées utilisant ces dernières comme autant de pages vierges en arrière-fond.

Ces œuvres jouent, avec une ironie révérencieuse, de notre héritage et de notre système de valeur ajoutée. Aussi elles réactualisent certains gestes historiques afin d’en mesurer la portée et la pertinence dans un nouveau contexte de production et de re-production, inaugurant ainsi un autre cycle de création et de consommation.

Article sur l’exposition
Nous vous incitons à lire l’article rédigé par Julia Peker sur cette exposition en cliquant sur le lien ci-dessous.

critique

Someone Else With My Fingerprints