ART | EXPO

Solo Show

14 Jan - 03 Mar 2012
Vernissage le 14 Jan 2012 à partir de 18:00

Cette exposition présente les œuvres de deux artistes. Dan Flavin utilise des néons fluorescents pour faire une expérience sensorielle de la couleur; Lionel Estève crée des serpents multicolores et réalise des environnements étranges et oniriques.

Lionel Estève
Solo Show

Le mystère est selon Lionel Estève le statut le plus enviable d’une oeuvre d’art: anonyme, sans date et à l’origine incertaine. Il avait d’ailleurs élaboré un graphisme au sol résonance avec les immenses et inexpliqués dessins Nasca. Lionel Estève développe un environnement, empirique et sensuel, constitué de sculptures longues de 10 à 15 mètres aux couleurs acidulées faites de tissus, de sable, de milliers de perles et d’épingles tel un vivarium où se nouent et se mélangent des étranges serpents endémiques ethnopops et ludiques.

Quelques portes en trompe-l’oeil schématisées par de grosses poignées en verre et une ligne sur le mur inventent désormais une autre circulation à travers un espace mental imaginaire et inaccessible. Lionel Estève reproduit librement la vision panoramique d’une voûte céleste composée de perles multicolores, tels ses mobiles fragiles en mouvement qu’il a précédemment montrés à la Galerie. Au pied de ce ciel étoilé, un paysage de pierres en partie peintes à l’aquarelle évoque le lit d’une rivière, l’espace d’exposition se métamorphose en site du Land Art.

La troisième salle est recouverte de grands dessins aux motifs géométriques blanc sur blanc. Ces images fantomatiques fugitives convoquent l’art cinétique mais aussi le mouvement De Stijl (Theo van Doesburg, El Lissitzky) par leur économie de moyens et leurs motifs à la fois dynamiques et aériens. Hors du réel, le lieu de l’exposition devient un espace intérieur hanté par des phobies à la fois attirantes et contradictoires. Les oeuvres énigmatiques de Lionel Estève enveloppent le visiteur de leurs secrets fantasmés, recréant un univers fictionnel proche de ceux de Lewis Carrol ou Magritte.