ART | EXPO

Solo Show

27 Oct - 08 Déc 2007

Pour sa seconde exposition personnelle à la galerie Xippas, Dan Walsh présentera six grandes toiles acryliques, de couleur vive, où il utilise un alphabet composé de figures géométriques simples comme des carrés, des rectangles et des lignes, créant des compositions abstraites et minimales qui établissent un dialogue entre elles.

Dan Walsh
Solo Show

L’artiste justifie cette géométrisation par notre environnement contemporain : tracés des villes, et de leurs rues perpendiculaires, architectures, images pixélisées, techniques de reproductions mécaniques. Pour Dan Walsh, la peinture est un médium pertinent « aussi longtemps qu’elle est un moyen pour l’individu de faire sens avec le monde, et que l’engagement qu’elle requiert est partagé avec le public. » Pour l’artiste, le tableau n’est en effet plus un simple outil critique, mais symbolise le lieu d’une remise en jeu des mécanismes de la perception.

Ses premières peintures proposaient des cadres vides tracés à la main, en noir ou en jaune, et fonctionnaient comme autant de fenêtres ajourées ouvrant sur le blanc de la toile. Le spectateur était dès lors confronté à une image sans sujet et se trouvait brutalement renvoyé à sa condition de regardeur. Très vite, Walsh a développé sa démarche et fait de ses tableaux autant de mise en abyme. La composition agence ainsi sur une même surface différents rectangles colorés, rappelant le plus souvent explicitement d’anciennes œuvres de l’artiste. Au spectateur est alors laissé le soin de déchiffrer les multiples niveaux de lecture, qui font du tableau un mur, mais aussi du mur un tableau. Ses peintures récentes explorent plus que jamais les rapports qui se créent entre le spectateur, l’œuvre d’art et l’espace architectural.

Certaines peintures demeurent figées dans la tradition de la nature morte et s’attardent à étudier les véhicules éraflés et cabossés, le sujet étant placé au centre de la toile. Les peintures les plus récentes introduisent le mouvement, dans des mises en scène complexes dont le support est le scénario que les enfants peuvent mettre en place dans leurs jeux. Les cadrages suggèrent fréquemment un hors-champ.

Souvent atmosphériques dans leurs formes, leurs couleurs ou leur accrochage, les compositions géométriques de Dan Walsh, derrière des arrangements de pavés colorés aux lignes courbes et aux angles arrondis, produisent une délicatesse étrange.

Article sur l’exposition
Nous vous incitons à lire l’article rédigé par Pierre-Évariste Douaire sur cette exposition en cliquant sur le lien ci-dessous.

critique

Dan Walsh