ART | EXPO

Solipsismes

26 Fév - 26 Mar 2011
Vernissage le 26 Fév 2011

Des personnages venus des quatre coins du globe échangent leurs vues sur la mondialisation, ils s’interpellent, s’accusent des maux qu’ils subissent et s’excusent... Le film L’An 2008 se déploie sur quatre écrans disposés autour du spectateur, qui se trouve plongé au coeur de la mondialisation des échanges et des déboires.

Martin Le Chevallier
Solipsismes

Derrière une vitrine, des gradins nous observent. La galerie Jousse Entreprise est une galerie d’art contemporain et comprend une salle qui donne sur la rue. Vue de l’intérieur, sa baie vitrée fait songer à un écran dans lequel défilent les passants.

Ailleurs à Paris, la galerie Jousse Entreprise est une galerie de mobilier d’architecte. Martin Le Chevallier a puisé dans les réserves de cette seconde galerie des sièges d’amphithéâtre qu’il a disposés en vitrine. Ils forment ainsi des gradins qui regardent le monde.

Des personnages venus des quatre coins du globe échangent leurs vues sur la mondialisation. Consommateur occidental, défricheur amazonien, ouvrière chinoise… Ils s’interpellent, s’accusent des maux qu’ils subissent et s’excusent pour les dommages qu’ils provoquent.

Le film L’An 2008 se déploie sur quatre écrans disposés autour du spectateur, qui se trouve ainsi plongé au coeur de la mondialisation des échanges et des déboires.

Ces deux dispositifs se répondent. L’un est une fiction qui raconte les désordres du monde et l’autre postule que ce monde n’est autre qu’une fiction.