DANSE

[Soirée] Nuit blanche : Parcours centre-ouest

02 Oct - 02 Oct 2004

Notre sélection d’événements ponctuels ayant lieu dans le centre ouest de Paris, de la Madeleine aux Halles, en passant par la bibliothèque Richelieu et la Bourse pour continer dans le quartier de Saint Germain et finir dans le 16e. Créations musicales, projections vidéos, films, concerts et installations. Munissez-vous d’un plan de Paris.

Eglise de la Madeleine
Place de la Madeleine, 75008
M° Madeleine
de 20 h à 6 h
The Quintet of the Silent, 2000
Installation vidéo
Artiste
Bill Viola
Présentation
The Quintet of the Silent de Bill Viola fait partie d’une série de vidéos, où cinq personnes se tiennent debout, serrées les unes contre les autres, en proie à une vague d’émotions violentes. Au début de celle-ci, chaque individu reste impassible puis les expressions se modifient peu à peu jusqu’à atteindre une intensité maximale. Après quelques minutes, tout s’apaise, laissant le groupe vidé, épuisé. Les cinq personnages se tiennent debout devant un fond neutre dépourvu de références au monde extérieur. Chacun agit de manière individuelle et chante en play-back mais aucun son ne nous parvient. Montrés au ralenti, leurs traits se transforment de manière subtile créant un espace psychologique et subjectif où le temps est suspendu aussi bien pour les acteurs que pour les spectateurs.

Place de la Bourse
Place de la Bourse, 75002
M° Bourse, Pyramides
de 22 h à 8 h
Les lumières du son
Cinéma et musique électronique
Artistes
Buster Keaton, Jeff Mills
Présentation
MK2 Music présente un programme dans lequel la musique électronique rencontre le cinéma. Films classiques et contemporains sont sonorisés en direct par des DJ’s et des musiciens spécialisés dans les rapports entre son et image. Point d’orgue de cet événement, la projection en exclusivité mondiale de la copie restaurée du premier longmétrage de Buster Keaton, Les trois âges, sur une bande originale composée et jouée en direct par Jeff Mills.
Programmation
21h : Stereo Pictures I : courts-métrages de Buster Keaton sonorisés en live par I:Cube. Stereo Pictures est un mix en forme de voyage sonore ou de bande-son cinématographique, où se croisent musique, voix, dialogues, bruits. Le musicien parisien I-Cube, compositeur inspiré par la techno romantique et rêveuse des origines, passionné par la musique de film, présente un mix fluide, élégant et mélodieux.
23h : Les trois âges de Buster Keaton sonorisé en direct par Jeff Mills. Dans le cadre du travail de restauration visuelle et sonore des œuvres de Buster Keaton, Jeff Mills a composé une bande-son originale pour ce film. Personnalité incontournable de la scène électro depuis plus d’une quinzaine d’années, Jeff Mills est une figure emblématique de la house de Chicago et de Détroit qui donna naissance au mouvement techno. Influencé par le Jazz, la Soul ou encore le P-Funk, il propose une musique électro riche, métissée, innovante, rythmée par des beats d’une grande pureté.
00h : Performance de Jeff Mills sur des séquences du film Les trois âges. Une nouvelle technologie permet d’appliquer à l’image les effets réservés traditionnellement à la table de mixage son : boucles, répétitions, doublages, recadrages… Une façon d’explorer différemment l’environnement et les personnages et de porter un nouveau regard sur le film.
1h : Stereo Pictures II : musiques, sons et images en live par RadioMentale – Jean-Yves Leloup et Eric Pajot, duo de DJ’s conçu comme un système d’intervention sonore, groupe pionnier du « cinémix ».
3h : Express Way (NADA / Fiction 58’) réalisé par Mathias Olmeta et East du groupe d’électro-jazz Troublemakers. Ce film d’un genre nouveau dépasse les simples vidéos musicales pour tenter de prolonger le travail des musiciens. Express Way est un univers chargé d’affects et d’émotions, marqué par un certain existentialisme moderne, mis en image de façon chorégraphique, poétique et parfois un rien surréaliste.

éof
15 rue Saint-Fiacre, 75001
M° Grands Boulevards
de 20 h à 2 h
Trous d’eau # 3
Exposition, musique
Artistes
Etienne Charry
Présentation
Trous d’eau est une collection de 50 morceaux de musique que l’on découvre individuellement mais aussi collectivement. Composés par Etienne Charry, les morceaux sont des pièces uniques qui explorent les possibilités d’enregistrement et de diffusion. En se retirant à chaque marée basse, la mer laisse un petit peu d’elle-même dans les rochers. Ces innombrables trous d’eau sont autant d’univers en réduction dont s’inspirent ces musiques.

Bibliothèque Nationale, site Richelieu
58 rue de Richelieu, 75002
M° Bourse, Pyramides
de 20 h à 8 h
Red Doors, 2002
Installation in situ, vidéo projection
Artiste
Wang Gong Xin
Présentation
Dans la cour d’honneur de la Bibliothèque Nationale de Richelieu, Wang Gong Xin invite les noctambules à une immersion totale, à la fois visuelle et sonore, au cœur d’un quartier populaire et résidentiel de Pékin. Cette expérience physique et cinématographique crée un véritable dialogue entre les deux architectures. L’installation est constituée de quatre murs d’écrans recevant des projections vidéo. Placé au centre du dispositif, le spectateur se laisse surprendre par l’ouverture aléatoire des différentes portes cochères traditionnelles pékinoises. Adoptant le point de vue furtif de l’artiste, il découvre la vie discrète des cours intérieures et le quotidien des habitants.

Les Halles
Forum des Halles, De la porte Lescot à la place de la Rotonde, 75001
M° Châtelet, Les Halles
de 20 h à 8 h
La Rivière sonore
Création musicale
Artiste :
Christian Zanési
Présentation
Le compositeur révèle l’écoulement du temps propre à la musique et au cheminement. Une rivière de sons traverse le Forum ; c’est une pulsation organique qui rythme l’espace : battements de cœur, tourbillons de voix parlées, accélérations d’accords de guitare électrique, percussions… C’est le son du cœur de la ville.
Le parcours : Porte Lescot (extérieur) – Escalator – Niveau -3 Place des Verrières – la rue basse en direction de la Place Carrée – la grande galerie jusqu’au cœur de la ville.

Les Halles
Angle rues Lescot et Rambuteau, 75001
M° Châtelet, Les Halles
de 20 h à 8 h
Sans titre, 2004
Vidéo projection
Artiste
Peter Kogler
Présentation
A l’angle de la rue Rambuteau et de la rue Lescot, le bâtiment se couvre progressivement d’un flux de fourmis géantes. Métaphore du social et des réseaux, cet insecte apparaît comme un motif simple et évolutif imprimant sa marque sur les façades. L’animation de Peter Kogler inverse les proportions et impose un rythme croissant, qui devient peu à peu obsédant. Le spectateur se laisse envahir par l’image et perd ses repères. Pourtant, les déambulations aléatoires des fourmis ont quelque chose de familier parce qu’elles font écho aux mouvements du public de Nuit Blanche, comme à l’activité constante sur le site des Halles.

Jardin des Halles
Allée André Breton, 75001
M° Châtelet, Les Halles
de 20 h 30 à 4 h 30
Bal perdu, 2004
Installation musicale
Artiste
Pierre Ardouvin
Présentation
Dans les jardins, une scène accueille un groupe de musiciens qui interprète des reprises de «tubes» musicaux, sous des flocons de neige artificielle. Des guirlandes lumineuses bleu pâle conduisent les visiteurs jusqu’à l’orchestre. Le bal de Pierre Ardouvin est un souvenir nostalgique des fêtes populaires d’été à la campagne… perdu au cœur de Paris comme dans une boule à neige. Ce projet est en lien avec l’histoire du quartier des Halles et son caractère populaire, mais aussi avec la période dans laquelle s’inscrit Nuit Blanche : retours de vacances, fin de l’été, marqués par une certaine mélancolie qui nourrit souvent le travail de l’artiste. Le Bal perdu apparaît ainsi de façon surprenante pour offrir à tous les passants un moment de fête et de convivialité.

UGC Ciné-Cité les Halles, salle 4
7 place de la Rotonde, 75001
M° Châtelet, Les Halles
de 20 h à minuit
Feature Film, 2001
Film d’artiste
Artistes
Douglas Gordon
Présentation
Douglas Gordon propose de redécouvrir Vertigo d’Alfred Hitchcock à travers la musique du film composée par Bernard Herrmann. Dans Feature Film, l’artiste présente des plans rapprochés du chef d’orchestre James Conlon pendant qu’il dirige les musiciens. L’image de son visage, de ses gestes et de ses émotions sur grand écran contribue à établir un rapport très physique au spectateur et interfère avec la mémoire que l’on a du film. Cette œuvre met à jour l’implication du son et de l’image dans la trame narrative et le rôle de l’inconscient dans la perception du regardeur.

Eglise Saint- Eustache
1 rue Montmartre, 75001
M° Châtelet, Les Halles
de 20 h à 2 h
Art contemporain à Saint-Eustache
Visite et concerts
Présentation
Découverte commentée des œuvres de John Armleder, Raymond Mason et Keith Haring déposées dans l’Eglise Saint-Eustache. Œuvres musicales jouées aux grandes orgues et par les chanteurs de Saint-Eustache. Ajouter les noms suivants : Avec les organistes : Joerg Abbing, Léonid Karev, Francesco Filidei et Les chanteurs de Saint Eustache, sous la direction de Lionel Cloarec

Eglise Saint-Sulpice
Place Saint-Sulpice, 75006
M° Saint-Sulpice
de 20 h à 6 h
The Reflecting Pool, 1977-1979
Installation vidéo
Artiste
Bill Viola
Présentation
The Reflecting Pool présente le baptême d’un homme (joué par Bill Viola lui-même) et sa renaissance spirituelle. Un individu sort de la forêt et s’installe debout au bord d’une piscine. De face, on peut voir son reflet dans l’eau. Il saute alors et son corps se fige, suspendu en l’air. Le reflet a disparu. Dans la piscine s’organise une vie de mouvements divers. Le corps de l’homme se dissout, se désagrège dans les feuillages, pendant que son reflet apparaît dans l’eau. Cette vidéo fait partie d’une série de cinq travaux autonomes traitant des frontières entre perception consciente et inconsciente. Ici, la construction minutieuse de l’œuvre permet à l’artiste de réunir des temporalités différentes dans une même image (l’apparition, la suspension et la disparition). Par ailleurs, cette vidéo suggère que la réalité n’est jamais saisie directement, elle apparaît comme un reflet à la surface de l’eau.

Place de l’Odéon
Place de l’Odéon, 75006
M° Odéon
de 20 h à 8 h
Odéon Panorama
Installation in situ
Artiste
Tadashi Kawamata
Présentation
L’artiste construit une plate-forme sur les cabanes de chantier placées devant le théâtre de l’Odéon. Les visiteurs y accèdent par un escalier et découvrent un point de vue imprenable sur la ville. La structure de bois conçue par Kawamata est une extension architecturale qui propose de nouveaux usages. La galerie Site Odéon°5 y présente une série de manifestations pluridisciplinaires : projections, laboratoire sonore, lectures.

Boutique Simrane
23-25 rue Bonaparte, 75006
M° Saint-Germain-des-Prés
de 20 h à 8 h
Odéon Panorama
Vidéo projection
Artistes
Carolina Ariza, Anahita Bathaie, Laurent Mareschal, Tami Notsani
Présentation
En alternance, toute la nuit, de jeunes artistes issus de l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris et de l’Ecole du Fresnoy, présentent trois fictions construites à la manière de fables.

Institut polonais
31 rue Jean Goujon, 75008
M° Alma Marceau, Iéna
de 20 h à 3 h
Kaléidoscope
Vidéo projection
Artiste
Przemo Wojciechowski
Présentation
Les fenêtres de l’institut polonais se transforment en autant d’écrans de projection pour un film abstrait et hypnotique que l’artiste a réalisé avec un kaléidoscope géant fait de morceaux de papier, de plastique et de verre.

Palais de Tokyo
13 avenue du Président Wilson, 75016
M° Alma Marceau, Iéna
de 20 h à 8 h
24 heures Foucault
Installation, débats, vidéos
Artiste
Thomas Hirschhorn
Présentation
A l’occasion du 20ème anniversaire de la mort de Michel Foucault, Thomas Hirschhorn réalise une exposition mettant en scène la pensée de ce philosophe majeur. L’installation reprend le modèle d’une salle de documentation en libre accès, avec des ouvrages de référence et l’intégralité de ses enregistrements audio et vidéo. Toute la nuit, des écrivains et des philosophes se succèdent à la tribune pour nous plonger dans l’univers de Foucault. Ces interventions sont documentées dans le Foucault-journal, une parution unique offerte à chacun des visiteurs. Dans une ambiance conviviale, l’artiste suscite des rencontres inattendues en produisant un véritable happening.