ART | EXPO

Société de service

01 Avr - 24 Avr 2016
Vernissage le 01 Avr 2016

«Société de service» réunit les œuvres de neuf artistes qui manifestent tous le désir commun de capturer ce qui s’inscrit d’ordinaire dans les flux incessants de la modernité. En empruntant à la société son langage et ses codes, ils mettent en oeuvre les absurdités et les excès qui caractérisent son obsession des services – dont l’obscurité parfois même la dépasse.

«Société de service» part du principe qu’il y a des services qui participent activement à façonner notre société. Or le monde de l’art n’est pas étranger à cette croissance des services puisque de nombreux artistes s’en inspirent en proposant des objets aux allures de produits. En les détournant via différents médiums et jeux de perception, ils en offrent une critique qui par la même occasion renvoie leur singulière vision du monde.
A la croisée des services que l’on nous offre (ou nous impose) se cristallisent donc des pratiques artistiques qui documentent ou dénoncent certaines pratiques de la société en lui empruntant ses codes ou langages.

«Société de service» réunit les œuvres de neuf artistes qui manifestent tous le désir commun de capturer ce qui s’inscrit d’ordinaire dans les flux.
Parmi les œuvres exposées dans «Société de service», on trouve entre autres celle de Pascal Dombis, un artiste plasticien qui travaille sur l’excès de processus technologiques. SpamScape fonctionne sur la prolifération de mots communément utilisés dans les spams des courriers électroniques. C’est leur multiplicité de sens – intelligence artificielle, technique des avant-gardes mais aussi basses de l’âme humaine – que Pascal Dombis cherche à faire apparaître avec SpamScape.

Corrupt.yourself est une séquence vidéo rassemblant tout les enregistrements des webcams des utilisateurs de uglitch.com depuis 2011. Il s’agit d’un projet réalisé par Martial Geoffre-Rouland et Benjamin Gaulon qui s’articule autour de l’usage de Corrupt, une application artistique en ligne autorisant son utilisateur à transférer et partager ses images.

War Zone, séquences vidéo de l’artiste Nicolas Maigret, explore l’héritage militaire ancré dans les technologies d’usage courant. Dans cette série de vidéos, l’artiste reconstitue en vision subjective trois trajectoires de missiles dans le logiciel Google Earth, à partir de données historiques. Ce projet s’applique à hanter les technologies contemporaines en y introduisant les indices de leurs origines militaires.

Yann Toma quant à lui, avec son œuvre empreinte d’humour et d’ironie, Les câbles litigieux, est l’occasion pour le spectateur de questionne l’acte de Julian Assange, responsable de la plateforme internet Wikileaks. À travers cette référence universelle, l’artiste convoque la notion de liberté d’expression, de surveillance et de mobilisation de l’énergie corporelle via internet.