DANSE | SPECTACLE

Soapéra

17 Nov - 21 Nov 2010
Vernissage le 17 Nov 2010

La scène comme surface de projection commune: c’est à partir de principes de traduction réciproque que Dominique Figarella, le peintre, et Mathilde Monnier, la chorégraphe, ont inventé un tableau-plateau en devenir, un Soapéra — canevas découpé par les actions qui lui donnent consistance.

Mathilde Monnier
Soapéra

Horaire: 20h30. Dimanche à 17h.

— Conception: Mathilde Monnier et Dominique Figarella
— Chorégraphie: Mathilde Monnier
— Art visuel: Dominique Figarella
— Collaboration scénique: Annie Tolleter
— Son: Olivier Renouf
— Lumière: Éric Wurtz
— Avec: Yoann Demichelis, Julien Gallée-ferré, Thiago Granato, I-fang Lin

Sur le plateau, une production de matière abonde, se déploie jusqu’à l’envahir. Elle s’impose aux danseurs, les contraint à élaborer un corps dansant à la mesure de cet événement scénique qui s’étale sans cesser de croître. Cette «matière monde» constitue le nouveau milieu dans lequel ils doivent évoluer et se mouvoir, où le corps se transforme et s’adapte plutôt qu’il ne sert d’outil pour construire.

Des décors de Picasso aux scénographies de Robert Rauschenberg pour Merce Cunningham, peinture et danse se sont souvent rencontrées — sans emmêler leurs pinceaux. Dans Soapéra les danseurs-plasticiens élaborent un territoire évolutif, utilisant les matériaux à leur disposition comme outils, éléments picturaux ou appuis dynamiques. De jaillissements en éclats, leurs corps  ne cessent de produire des agencements — de cadrer, de remuer, d’étaler. Ça résiste, ça se décompose, se déplace… les déplace. À mesure que la scène s’imprègne de traces, un événement plastique, composé de toutes ces couches successives, se révèle. Cherchant à « s’échanger des formes », Mathilde Monnier et Dominique Figarella signent un Objet Dansant Non Identifié. Un opéra pop et ludique.

Le dialogue tient une place déterminante dans le travail de Mathilde Monnier. Ses collaborations, avec Jean-Luc Nancy, Christine Angot, Philippe Katerine ou La Ribot, instaurent des jeux de miroirs, mettant à l’épreuve les codes de la représentation.
Dans l’œuvre de Dominique Figarella, substances insolites, textes, textures et tâches perturbent la lecture de la toile, invitant aux dérives imaginaires.

critique

Soapéra