DESIGN | EXPO

Simard Focus

03 Oct - 16 Nov 2013
Vernissage le 03 Oct 2013

André Simard est sans doute l’un des designers les moins connus de la génération des «Jeunes Loups». Au travers de sa nouvelle exposition, la Galerie Pascal Cuisinier met en lumière ce designer méconnu du grand public.

André Simard
Simard Focus

Pour sa nouvelle exposition, la Galerie Pascal Cuisinier présente les réalisations du designer André Simard en proposant une quinzaine de ses pièces très rares tant sa production fut succincte. Un dépliant sera édité à cette occasion, en reprenant les éléments principaux de son travail et de sa biographie.

Bibliothèque 150
Il s’agit d’un très bel exemple de pièce modulaire et modulable, très en vogue dans les années 50. La bibliothèque est conçue sur la base de deux montants en forme de compas qui s’assemblent entre eux grâce aux modules d’étagères, caissons ou vitrines. Le principe est ingénieux et donne à la bibliothèque un aspect très élégant. Les modules suivent la forme de montants en s’affinant vers le haut.
Un grand soin est apporté aux finitions avec les détails de visseries noires qui animent l’orme laqué. C’est aussi le cas du contreplaqué qui est mis en valeur et exploité esthétiquement sur les tranches des étagères dont les parois du fond se retournent pour être montrées

Lampe

Editée par le plus important fabricant de luminaires de l’époque, Disderot, cette lampe est très représentative du gout de son époque. Faisant référence à un lampion traditionnel japonais, elle est d’une grande sobrieté et minimaliste. Suffisamment grande pour être posée sur un meuble ou au sol, elle consitue une tendance récurrente dans les années 50-60.
La lampe est constituée d’une structure en lame de métal et tiges surmontée d’une plaque en tôle perforée, comme celle qu’utilisait Pierre Guariche pour empécher à l’oeil d’avoir accès à la source lumineuse. L’abat jour est réalisé en
Rotaflex, un matériau très moderne à l’époque, qui confère une grande qualité à l’éclairage grace à une lumière douce et chaleureuse.

Table basse
Elle représente un archétype de la table basse des années 50: une taille intermédiaire ni trop grande ni trop petite, adaptée au format des appartements de l’époque. Une grande modernité de la ligne inspiré à la fois par le Japon, le néoplasticisme des pays du nord et la qualité des arts décoratifs français, apportent à la table une esthétique de la rigueur, de la proportion et de l’élégance. La table utilise des matériaux nouveaux et traditionnels comme le métal laqué noir et la stratifié mais aussi le placage de bois vernis traditionnel.
Malheureusement peu produite cette table est aujourd’hui assez recherchée et la galerie n’en possède qu’une seule qui sera présentée lors de l’exposition.

Repères biographiques

Diplômé de l’École des Arts Décoratifs, André Simard commence sa carrière en créant le mobilier pour Etablissements Simard et Meubles TV, puis rapidement intègre Roche et Bobois en tant que responsable d’aménagement, poste qu’il occupera de longues années avec Alain Ferré sans jamais revenir à la création de produits.