PHOTO

Silent Faces

Historienne, critique d’art et commissaire d’exposition, Julie Crenn présente un troisième projet intitulé «Silent Faces», qui réunit cinq artistes travaillant sur le thème de l’archive. Giulia Andreani, Morgane Denzler, Sandra Lorenzi, Leopoldo Mazzoleni et Erwan Venn créent de nouvelles œuvres à partir d’anciennes photographies ou de vieilles cartes postales. Ces souvenirs d’une histoire familiale et ces documents anonymes portent souvent les traces d’un conflit, notamment la Première Guerre mondiale et autres guerres civiles. Esthétique, critique ou expérimental, le geste de l’artiste qui transforme l’archive, par le biais du passage à la peinture, du découpage ou du montage, instaure un jeu sur les rapports entre intime, individu et collectif, entre récit et image.

D’une photographie d’un groupe de soldats italiens datant des années cinquante, Leopoldo Mazzoleni ne s’intéresse qu’à un détail: les mains d’un de ces hommes en uniforme, parmi lesquels figure le père de sa compagne. Sa série de trois tirages en noir et blanc, agrandissements des mains gribouillés au stylo à bille noir de manière névrotique, s’intitule Mani. Sur le fond noir aux striures luisantes, les mains aux doigts croisés, pâles et douces, se dotent d’une expression propre, anxiété, embarras, prière, ou satisfaction, qui semble d’ailleurs tout autre que celle qu’avait l’homme sur la photographie originale. Ainsi les œuvres de Leopoldo Mazzoleni redonnent un caractère intime à l’individu, que faisait disparaître la dimension historique de l’archive.

Giulia Andreani a recueilli au Musée de la Résistance nationale de Champigny des archives photographiques représentant des figures féminines, qu’elle reproduit en peinture. Ses aquarelles sur papier intitulées Résistantes espagnoles, Résistantes grecques et Femme au fusil, Espagne mettent en scène des femmes soldats posant en groupe ou au combat, saisies en pleine action. La dureté du contexte est adoucie par les teintes grises et bleutées ainsi que la finesse des estompes, selon un procédé qui n’est pas sans rappeler certaines images idéalisées diffusées à des fins de propagande politique. Au contraire, la beauté de la femme sur MRNO22, tel un portrait d’une icône de cinéma, est ternie par le sous-titre de l’œuvre (Partisane du Front national). Cet écart entre représentation et réalité dans lequel peut s’immiscer un détournement de l’image est insinué par le contraste, non sans un certain cynisme qui dénote le regard critique de cette artiste italienne.

Erwan Venn présente Faith 1.1, un portfolio de vingt épreuves photographiques tirées en impression numérique, réalisé à partir de photographies de famille et de voyages prises par son grand-père. Les visages d’ecclésiastiques portant la soutane ou de baigneurs ont été supprimés au montage. Cette ablation, qui n’est pas sans conférer un caractère fantastique aux images, fait surtout saillir la fonction du vêtement qui évoque le contexte de la collaboration. La valeur du souvenir photographique, dès lors anonyme, s’ouvre à une dimension collective, en tant que mémoire d’un passé historique commun.

Dénichées sur un marché à Beyrouth par Morgane Denzler, les photographies anonymes de deux hommes en pleine nature ont été réimprimées sur un puzzle dont les morceaux manquants s’amoncèlent sur le bord du cadre. L’histoire de ces images étant tombée dans l’oubli du fait même qu’elles aient été pillées à des familles libanaises, l’artiste a entrepris de recueillir les témoignages de ce qu’elles pouvaient évoquer à de personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer. La citation qui figure sous chacune des œuvres surajoute l’histoire personnelle d’un homme à celle mystérieuse de la photographie. La signifiance de certains mots tels que «geôles syriennes» ou «demander pardon» réactive la mémoire, en jouant un rôle d’ouverture sur un contexte historico-politique. Ce geste de détournement de la vérité de l’image par la parole permet l’émergence d’une vérité autre que les photographies, isolées dans leur banalité, avaient perdue.

C’est sur un marché parisien que Sandra Lorenzi a collecté les cartes postales datant de la Première Guerre mondiale qui constituent son œuvre intitulée Collectio. Près de cent cinquante spécimens sont arrangés sur trois présentoirs métalliques. Au recto, des photographies d’immeubles, monuments et parcs; au verso, une correspondance entre des soldats et leur famille. L’artiste a procédé à un découpage qui efface toute trace du conflit. Seuls subsistent quelques indices, comme cette inscription stipulant que le courrier doit être transmis par l’intermédiaire du vaguemestre, afin que ne filtre aucune information sur les opérations militaires.
Ce geste expérimental permet à la fois de soulever un problème éthique et de s’interroger sur ce qu’il reste de l’Histoire lorsque les traces disparaissent. La censure de l’iconographie (parties délabrées d’immeubles, plaques de monuments aux morts…) et des textes (blessures, opinions…) banalise en effet le document. Révélant le danger du négationnisme et de l’oubli, cet effacement met d’autant plus en évidence la nécessité de la conservation de l’archive et de la préservation du souvenir. Car l’avenir ne saurait être construit sans relation avec notre passé personnel et notre Histoire collective.

Œuvres
— Giulia Andreani, Résistantes espagnoles, 2012. Aquarelle sur papier. 48 x 36 cm.
— Giulia Andreani, Résistantes grecques, 2012. Aquarelle sur papier. 48 x 36 cm.
— Giulia Andreani, MRNO17 (Femme au fusil, Espagne), 2013. Aquarelle sur papier. 18 x 26 cm.
— Giulia Andreani, MRN022 (Partisane du Front national), 2013. Acrylique sur toile. 27 x 35 com.
— Giulia Andreani, Lui&Lei, 2013. Acrylique sur toile. 27 x 19 cm.

— Leopoldo Mazzoleni, Mani 1, 2012. Photographies, stylo bille. 35 x 35 cm.
— Leopoldo Mazzoleni, Mani 2, 2012. Photographies, stylo bille. 35 x 35 cm.
— Leopoldo Mazzoleni, Mani 3, 2012. Photographies, stylo bille. 35 x 35 cm.
— Leopoldo Mazzoleni, Aria, 2012. Vidéo. 5 minutes et 18 secondes.

— Morgane Denzler, Ceux qui restent 7, 2012. Impression sur puzzle. 52 x 40 cm.
— Morgane Denzler, Ceux qui restent 9, 2012. Impression sur puzzle. 52 x 40 cm.
— Morgane Denzler, Ceux qui restent 10, 2012. Impression sur puzzle. 52 x 40 cm.

— Erwan Venn, Faith 1.1, 2013. Portfolio de vingt épreuves photographiques impression numérique. 3 éditions.
— Erwan Venn, Papa, 2013. Impression numérique. 15 x 17 cm. 3 éditions.
— Erwan Venn, Headless 01, 2013. Impression numérique. 23 x 41 cm. 3 éditions.

— Sandra Lorenzi, Collectio, 2012. Cartes postales découpées, porte-carte métallique. 102 x 110 x 5cm.