DANSE | FESTIVAL

Signe de printemps | Spectacles Sauvages et Week-end Féminin

05 Mar - 28 Mar 2020
Vernissage le 05 Mar 2020

En mars, les premiers signes du printemps approchent. Parmi eux, on compte l’incontournable festival de danse contemporaine organisé par le Regard du Cygne à Belleville. Une huitième édition de Signe de printemps riche en découvertes.

Le Regard du Cygne accueille à Belleville la huitième édition de son festival Signe de printemps. La programmation met en avant plusieurs courtes pièces conçues par de jeunes chorégraphes, regroupées sous le titre « Spectacles sauvages ». Elle célèbre également, durant le week-end du 8 mars, la Journée Internationale des droits des femmes en proposant des spectacles et des ateliers de danse, ainsi qu’une exposition et la projection d’un documentaire. Enfin, elle intègre sept longs spectacles : Convives de Johanna Lévy, Bounce Back de Christina Towle, Les Prouesses de l’échec de Sylvain Ollivier, Dresse-le pour moi de Nancy Naous, Family Day de Claire Jenny Atelier, Pile ou Frasq, ainsi que She was dancing de Valeria Giuga.

Festival Signe de printemps : des « Spectacles sauvages », courts mais intenses

Le Festival Signe de printemps s’ouvre le jeudi 6 mars avec les « Spectacles sauvages », une série de cinq créations qui durent entre dix et vingt minutes chacune, conçues par différents chorégraphes, débutants ou expérimentés. Le solo A-Tique, chorégraphié et interprété par Sophie Blet, donne à voir l’intériorité d’un individu autiste, en s’appuyant sur les écrits de Birger Sellin — première personne touchée par cette pathologie à être publiée en Allemagne. Le chorégraphe Rémi Esterle fait, quant à lui, dans Beauté bâtarde, se rencontrer deux expressions artistiques a priori opposées – le Tango et le Rap –  dansé par Cécile Rouanne, Marius Hoël et lui-même.

Luna Paese va plus loin encore dans son solo Phoenix : elle s’extrait d’une posture anthropocentriste pour engager une communication avec toutes les couches du vivant dans une démarche écologique. Le chorégraphe Alexis Hedouin cherche à comprendre à travers la danse l’endométriose dont souffre sa sœur, Coralie Hedouin, qui interprète le solo Dentelle dans la matrice. Enfin, le solo Attitudes habillées, conçu par Balkis Moutashar et dansé par Marion Peuta, étudie l’impact des vêtements sur les individus comme sur les sociétés au fil de l’Histoire.

Le vendredi 7 mars, deux « Spectacles sauvages » seront destinés tout particulièrement à un public jeune. Dans Cabanes, Marie Simon et Barima Osei cherchent à se constituer des carapaces avec leur propre corps et celui de l’autre, à la manière de tortues. Pour les tout petits, Bérangère Roussel conçoit L’éclOsion, un spectacle musical dans lequel danse un clown interprété par Jean-Gérald Dupau au cœur d’un jardin coloré et joyeux.

Festival Signe de printemps : une programmation féminine et féministe pour la Journée des droits des femmes

En lien avec la Journée des droits des femmes, le festival Signe de printemps collabore avec le festival des Féminins organisé par le Théâtre de Verre pour proposer une programmation féminine et féministe. Le samedi 7 et le dimanche 8 mars auront lieu différents ateliers de danse ouverts à tous : un premier atelier dirigé par Valeria Giuga pour faire l’expérience d’une chorégraphie collective ; un deuxième atelier présenté par la chorégraphe Ingrid Bizaguet et la sage-femme Pauline Higgins proposera aux femmes de prendre contact avec une puissance venue du ventre ; et un troisième atelier, mené par le chorégraphe Rémi Esterle, explorera le consentement dansé au sein du tango.

Amy Swanson, danseuse, chorégraphe et fondatrice du Regard du Cygne, a conçu le spectacle Ma robe, qui sera interprété par Lilly Zetterberg. Ce court solo de dix minutes joue sur la présence d’une vaste robe qui recouvre tout l’espace scénique. Elle permet de mimer certains des moments les plus intimes de la vie d’une femme, tels que la maternité et la filiation.

Enfin, ce week-end proposera deux projections du documentaire Female Pleasure de Barbara Miller, un plateau d’échanges strictement féminin entre plusieurs artistes, et le vernissage de l’exposition Jam – Jig & Mix de Mié Coquempot.

Retrouvez plus d’informations sur le programme : https://www.leregarducygne.com/signes-de-printemps-2020/