ART | EXPO

Kodomo No Kuni

07 Avr - 30 Juin 2018
Vernissage le 07 Avr 2018

L’exposition « Kodomo No Kuni - Enfance et aires de jeux au Japon » à Micro Onde, centre d’art de Vélizy-Villacoublay, réunit des photographies, vidéos, installations et éléments architecturaux autour de la question du recours à l’enfance comme moyen de survivre aux traumatismes dans la société japonaise.

L’exposition « Kodomo No Kuni – Enfance et aires de jeux au Japon » à Micro Onde, Centre d’art de l’Onde, à Vélizy-Villacoublay, examine à travers les œuvres d’artistes japonais contemporains la place de l’enfance dans la société japonaise et en particulier son rôle dans la survie aux traumatismes.

« Kodomo No Kuni » : l’enfance et les aires de jeux au Japon

Le titre de l’exposition, « Kodomo No Kuni », qui signifie « Le pays des enfants », renvoie à un parc pour enfants ainsi nommé et que tous les Japonais connaissent. Il fut inauguré le 5 mai 1965, jour de la fête traditionnelle des enfants, mais aussi jour de la déclaration officielle du gouvernement japonais de la fin des reconstructions de l’après guerre pour le pays. Des figures de l’avant-garde architecturale japonaise y réalisèrent leurs premiers bâtiments, aujourd’hui détruits et dont les ruines cohabitent avec les aires de jeux qui leur ont succédé.

Le parc Kodomo No Kuni  synthétise toute l’histoire traumatique du Japon : il porte les traces de la guerre et fait écho aux cataclysmes naturels qui dévastent régulièrement l’archipel puisqu’en 1923, une loi d’urbanisme imposa que toute maison soit construite à moins de 500 mètres d’un terrain où la population peut se réunir, des terrains qui devinrent progressivement des aires de jeux, dont le mobilier, depuis le séisme de 2011, doit pouvoir se transformer en abri. Ainsi à travers l’aire de jeu se dessinent à la fois les blessures de la société japonaise et les moyens de les soigner.

« Kodomo No Kuni », symbole du recours à l’enfance pour soigner les traumas

L’idée du recours à l’enfance pour survivre aux traumatismes traverse l’ensemble de l’art japonais : « Kodomo No Kuni » est autant un lieu physique que psychologique, proprement japonais qu’universel. L’exposition permet ainsi de parcourir l’univers ludique de l’enfance à travers le Japon. Les vidéos Children Playing in the Sea et Passing Through The Rubber Band de Shimabuku montrent des jeux spontanés tandis que la vidéo d’animation Chronique du monde d’avant de Julien Amouroux est inspirée par la tradition des kamishibai, un dispositif transporté sur vélo par lequel des histoires sont racontées aux enfants dans les parcs publics.

L’équipement pour aire de jeux intitulé Panel Tunnel, conçu en 1976 par Mitsuru Senda, le plus important designer d’aires de jeux du Japon est reproduit pour la première fois, tandis que l’on découvre une œuvre in situ réalisée par Kohei Sasahara à partir de parapluies japonais en plastique transparent.