ART | EXPO

Sensibilité cosmique 

24 Fév - 20 Mar 2021
Vernissage le 27 Fév 2021

Haruhiko Sunagawa invente un alphabet du mouvement pour traduire les dynamiques de la diffusion ou de la transposition dans des œuvres intrinsèquement immobiles.  Une gageure esthétique à découvrir dans l’exposition « Sensibilité cosmique».

Le peintre et sculpteur japonais Haruhiko Sunagawa s’est installé en France dans les années 1980. Après avoir obtenu un diplôme de physique à l’université des sciences de Tokyo, il a entamé des études, non plus scientifiques mais artistiques centrées sur le mouvement. Il est récompensé en 1991 par le prix Bourdelle. L’exposition « Sensibilité cosmique », à la galerie Wagner,  présente ses sculptures en forme d’« alphabet du mouvement ».

Haruhiko Sunagawa : sculptures d’ombres et de lignes

L’exposition « Sensibilité cosmique » présente plusieurs sculptures créées par Haruhiko Sunagawa durant les vingts dernières années. Elles s’inscrivent toutes dans la même démarche : un assemblage rigoureusement géométrique de points, de lignes et de formes matérialisés par des pierres, des cordes, des plaques de verre ou du bois peint. Haruhiko Sunagawa traite les effets de lumière comme des couches de peinture et intègre l’ombre dans des œuvres aux tons noirs, gris et blancs.

« Sensibilité cosmique » : un alphabet du mouvement

Inspiré par la calligraphie japonaise, Haruhiko Sunagawa déploie un « alphabet du mouvement » à partir d’éléments géométriques simples : le point donne le départ à la ligne dont émergent  des formes mouvantes. Les créations actualisent ainsi différents types de mouvements, tels que la diffusion ou la transposition. Comment insuffler l’idée du mouvement dans une œuvre intrinsèquement immobile ? Les sculptures de Haruhiko Sunagawa décomposent le mouvement en une série « d’arrêts d’image » que l’oeil du spectateur rassemble ensuite en un seul et même élan.