ART | EXPO

Seen, unseen, scene

27 Fév - 25 Avr 2009

L’exposition de groupe présente des œuvres de sept artistes internationaux évoluant autour des réflexions sur les processus culturels inscrits dans les images de la nature et de la forme historique et/ou populaire de leur représentation esthétique, ceci à travers les arts visuels.

Cristina Gomez Barrio, Discoteca Flaming Star, Florence Lazar, Matts Leiderstam, Wolfgang Mayer, Jean-Marc Savic, Michael Schultze
Seen, unseen, scene

Le travail de Cristina Gomez Barrio se compose d’une série de quatre-vingt diapositives noir/blanc et d’un texte présenté sous forme d’affiche.
Ces deux éléments portent sur le seul jardin public sur un toit implanté dans Manhattan. Dans ce cas, il devient évident que ce jardin fonctionne d’une part comme un refuge pour les individus, et d’autre part il symbolise aussi une forme de la résistance sociale collective contre la spéculation des biens immobiliers et la privatisation progressive du secteur public.

Discoteca Flaming Star est un collectif interdisciplinaire et artistique constitué de plusieurs personnes changeantes selon les représentations, fondé par Cristina Gomez Barrio et Wolfgang Mayer en 1998. Dans l’exposition, onze tapis usagés et retravaillés sont présentés.

Florence Lazar présentera une série de quatre photos de femmes pour la plupart d’origine orientale, de Montfermeil en banlieue parisienne.

Dans le cadre de l’exposition seen, unseen, scene, deux parties du travail artistique de Matts Leiderstam sont présentées de manière associées : l’installation 15-03-1999 Returned de Paris, Parc du Buttes-Chaumont, d’après l’oeuvre de Nicolas Poussin le Printemps ou le Paradis terrestre, Rome 1660-1664 et cinq photographies de la série Returned.
Ces deux pièces s’articulent autour de la compréhension de l’image baroque dans le paysage idéal de la peinture du 17ème siècle, majoritairement influencées par, entre autres, Nicolas Poussin et Claude Lorrain.

Pour Wolfgang Mayer, différentes oeuvres sont présentées ici, réalisées a` partir de textes littéraires ou théoriques, lus et appréciés par l’artiste. Ces textes sont ensuite découpés afin de constituer alors la base d’une série de collages, aux formes diverses, entre abstraction-ornementale ou florale, corrélées de peinture aquarelle.

L’installation de Jean-marc Savic se compose d’une déclaration d’amour (« I love you »), ainsi que d’un film vidéo.

La présentation de Michael Schultze se compose, ici, de plusieurs séries d’oeuvres qui interrogent les questions du regard de l’artiste, de la construction des images, de la structure des narrations ainsi que des processus d’abstraction artistiques et de la production des significations. De facon pertinente, deux styles sont mélangés: une vidéo et une série de photogrammes qui examinent les divers modes de représentation d’un lys dans ses différents états.