ART | CRITIQUE

Sédira: Carcasses

PLaura Houeix
@21 Nov 2008

Douceur, lenteur, transit, les deux artistes réunis à la galerie Kamel Mennour adoptent ce même rythme. De la traversée en bateau de Zineb Sedira à la cristallisation des suspensions de Sigalit Landau, le temps prend son temps. Moment de flottement.

Dès l’entrée de la galerie, le ton est donné avec la vidéo Dead Sea (Mer Morte) de Sigalit Landau. Une spirale de pastèques se déroule lentement sur l’eau libérant le corps de l’artiste de ce cercle infini. Tout dans l’exposition n’est que déroulement, sans début ni fin, juste cet instant où se fait l’action.

Dans les longs et lents travelling de la vidéo Middlesea de Zineb Sedira, le temps s’étire. La traversée devient un espace de transit, propice au rêve. Dans le cadencé bruit du moteur de bateau l’action se déploie et laisse place à l’histoire romancée… une histoire de voyageur, pleine d’espoirs, qui, entre Alger et Marseille, se prend à rêver d’une vie meilleure, une vie de déraciné, entre deux eaux.

Mais le rêve d’immigration s’évanouit dans les photographies, formats carrés, aux couleurs rouille, de carcasses de bateaux échoués, prises à Nouadhibou en Mauritanie. Dans la série Shipwreck: The Death of a Journey, Zineb Sedira laisse entrevoir l’autre facette de ce lent voyage, rêve échoué, dans ce cimetière des éléphants ou les longues traversées en mer ne semblent plus être qu’un lointain souvenir pour ces épaves éventrées.

Dans l’autre salle, avec Barbed Salt Lamps Sigalit Landau reste dans le goût salé des écumes marines avec ses suspensions de barbelés immergées dans les eaux de la Mer Morte et séchées dans le désert pour laisser le sel se cristalliser.

Image poétique de l’art et de la nature, du temps qui fait son œuvre. Mais, à l’image du travail de Zineb Sedira, cette douceur apparente est contrariée par l’installation Sugar Well At The Tear Mine, dans le Tube de la galerie. Là, le sol est jonché de sel et de sucre, au centre un plateau où se conserve quelques morceaux de viande et une pastèque pelée. En fond de salle, la vidéo Arab Show transporte dans les filaments de barbe à papa.

Entre douceur et amertume.

Zineb Sedira:

Shattered Carcasses, 2008. Installation: 10 caissons lumineux et câbles électriques. 120 x 85 cm chacun.

Middlesea, 2008. Vidéo stills. Format 16’9, 16 minutes

The Lovers, 2008. Photographie couleur.

Sigalit Landau:

Sugar Well At The Tear Mine, 2008. Installation : gros sel, pastèques et plats. Dimensions variables

DeadSea, 2005. Vidéo, 11’37 min.

Barb Salt Lamps, 2007. Fils de fer barbelés et sel de la mer morte, Dimensions variables.

Barbed Salt Lamps, 2007. Fils de fer barbelés et sel de la Mer Morte. Dimensions variables.

Barbed Salt Lamp, 2007. Fils de fer barbelés et sel de la Mer Morte. Diamètre 96 cm

AUTRES EVENEMENTS ART