PHOTO

Sean Snyder

Pg_Labanque16JohnDavies05bPeople
@12 Jan 2008

En combinant vidéos numériques, photographies, textes, plans, maquettes, extraits de journaux, Sean Snyder interroge les interactions entre propagande et esthétique: comment des registres esthétiques issus de la culture populaire, et notamment les architectures, sont récupérés à des fins commerciales et politiques.

Périphéries urbaines, zones commerciales, pavillons de banlieue, terminaux d’aéroports, fast-food ou encore galeries marchandes, les formes architecturales les plus ordinaires occupent une place essentielle dans les projets artistiques de Sean Snyder. Insignifiants à force d’être traversés, ces non-lieux sont pourtant les puissants vecteurs idéologiques d’une économie aujourd’hui largement globalisée.

Dans son installation la plus récente, Script For Dallas Southfork In Hermes Land, Slobozia, Romania (2001), Snyder poursuit ses recherches sur les archétypes architecturaux — ici le ranch du feuilleton télévisé américain « Dallas » —, affinant ses analyses sur « la façon dont ils ont intégré des caractéristiques régionales ou vernaculaires ».
Érigée par le milliardaire véreux Ilie Alexandru sous la dictature communiste de Ceaucescu, la reconstruction du monumental Southfork Ranch cristallise en effet un ensemble de problématiques qui débordent le seul champ de l’esthétique.
Située à mi-chemin de Bucarest et de la Mer Noire, la copie roumaine s’intègre dans un projet plus vaste qui inclut un parc d’attraction, une reproduction en modèle réduit de la tour Eiffel parisienne ainsi que des pagodes tsiganes et des châteaux. En combinant différents médias — vidéos numériques, photographies en couleurs, textes, plans, maquettes, extraits de journaux —, Snyder montre comment des registres esthétiques issus de la culture populaire, et notamment les architectures, sont récupérés à des fins commerciales et politiques. À titre d’exemple, rappelons que Ceaucescu se servait de « Dallas », l’une des seules séries américaines diffusée en Roumanie, pour montrer les méfaits du capitalisme.

Sur les interactions entre propagande et esthétique — qui en évoquent bien d’autres de sinistre mémoire, passées ou présentes — les deux vidéos numériques réalisées par l’artiste américain sont particulièrement éloquentes. La première apporte des informations inédites sur les conditions de réalisation de la saga originale. On y apprend ainsi que des focales spéciales et des prises de vues dans des miroirs furent utilisées pour donner le sentiment que le ranch américain était réellement gigantesque. Ce (faux) effet bigger than life ne sera pas sans conséquences sur la taille de la copie roumaine — finalement vingt pour cent plus grande que sa sœur texane — dont les plans avaient été dessinés à partir d’enregistrements vidéos des épisodes de la série.
Une différence aussitôt perceptible avec les deux maquettes disposées côte à côte sur une table au centre de la pièce. La translation, bancale, de l’original vers la copie exprime la dissolution du local dans le global dans une logique purement économique et politique, ce que traduisent la mise en scène et les formes mêmes du film. Ralentis, couleurs saturées, enchaînements fluides de prises de vues frontales ou en surplomb du ranch, travellings latéraux impeccables sur ses façades, sous-titres anglais défilant dans un bandeau au bas de l’écran: pour rendre visible la collusion entre le réel et l’artifice, Sean Snyder déploie, sur fond d’images archétypales très far west (vertes prairies, chevaux paissant en liberté), une syntaxe cinématographique qui emprunte autant à l’esthétique publicitaire qu’au vidéo-clip.

Dans la deuxième vidéo consacrée à Larry Hagman, l’acteur fétiche de Dallas, la texture spécifique de la bande numérique et le ralenti créent un étrange objet hybride dont le grain évoque, curieusement, l’image de synthèse (notamment aux commissures des lèvres ou aux plissures des yeux). Dans la dilatation des gestes et des durées, le montage de bouts d’entretiens entre Hagman et le journaliste Larry King (célèbre pour son talk show sur la chaîne CNN), entrecoupé de scènes de la série montrant des actes de violence ou des relations de pouvoir, n’en devient que plus sidérant.
Entre confession exhibitionniste (alcoolisme, expériences avec certaines drogues) et théorisation fantasque (la contribution de la série à la chute du communisme), le film dresse avec subtilité un constat critique de l’american way of life, de son incroyable arrogance et de sa puissance de contamination.
En entérinant à travers une référence télévisuelle mondialement diffusée la prédominance d’un mode de vie, la version balkanique montre que si, dans le meilleur des cas, l’architecture est bien un moyen de véhiculer des idées, elle est aussi, dans ses propositions les plus triviales, le réceptacle des stéréotypes les plus vils.

Sean Snyder
Brasilia (Sidewalks and Pedestrian Defined Walways) , 2000. Photographies couleurs. 48 x 67 cm.
Boulevard Unirii, 2000. Photographie couleur. 55 x 80 cm.
Brasilia (New Superquadras) , 2000. Photographies couleurs. 53 x 77 cm.
Script For Dallas Southfork in Hermes Lland, Slobozia, Romania, 2001. Maquettes, table, DVDs, coupures de presse, photographies couleurs (40 x 60 cm). Dimensions variables.

AUTRES EVENEMENTS PHOTO