PHOTO | EXPO

Satellite 9. Mesoamerica: The Hurricane Effect

09 Fév - 22 Mai 2016
Vernissage le 09 Fév 2016

Dans sa vidéo Mesoamerica: The Hurricane Effect, l’artiste mexicain Edgardo Aragon propose une cartographie critique où l’on découvre les leviers de pouvoir qui régissent le Mexique ainsi que le projet d’aménagement international «Mésoamérique» et ses répercussions sur le village de Cachimbo.

Edgardo Aragon
Satellite 9. Mesoamerica: The Hurricane Effect

L’artiste mexicain Edgardo Aragon s’intéresse aux systèmes économiques et politiques mexicains et internationaux et met en lumière leurs effets sur certains groupes sociaux de son pays. Dans sa nouvelle œuvre Mesoamerica: The Hurricane Effect (Mésoamérique: l’effet ouragan), il propose une cartographie critique où l’on découvre les leviers de pouvoir qui régissent le Mexique ainsi que le projet d’aménagement international «Mésoamérique» et ses répercussions sur Cachimbo, village situé sur une péninsule aux confins des Etats d’Oaxaca et du Chiapas.

Souvent centré autour du crime organisé et de conflits précis, le travail d’Edgardo Aragon ressuscite parfois des pans de sa propre histoire familiale marqués par la violence. Baignant dans un calme trompeur, ses vidéos montrent des paysages paisibles et ensoleillés, mais, au fur et à mesure de leur déroulement, des détails s’accumulent pour raconter des histoires très troubles sur le pouvoir et ses relations corrompues.

Les portraits paysagers d’Edgardo Aragon rappellent le fûkeiron ou la «théorie du paysage» élaborés à la fin des années 1960 par des cinéastes japonais qui considéraient que tous les paysages que l’on rencontre au quotidien, même ceux d’une beauté de carte postale, reflètent les structures du pouvoir en place. Dans ses œuvres, Edgardo Aragon donne à voir le pouvoir des cartels de la drogue, des partis politiques, des sociétés étrangères et la façon dont leurs activités s’interpénètrent par le biais d’ententes illicites.

Sa nouvelle œuvre, Mesoamerica: The Hurricane Effect, examine de près l’action des pouvoirs d’origine étrangère dans le Mexique actuel, qui rappelle la mainmise étrangère en vigueur voici plusieurs siècles. La Mésoamérique fut le berceau d’une riche civilisation d’Amérique centrale apparue environ dix mille ans av. J.-C. et à l’origine notamment des florissantes cultures maya, aztèque et zapotèque. Ces cultures furent anéanties aux XVème et XVIème siècles par l’arrivée des Espagnols, qui utilisèrent la chrétienté comme un outil de discrimination et de soumission des autochtones.

Aujourd’hui, «Mésoamérique» est aussi le surnom d’un projet d’aménagement de plusieurs millions de dollars baptisé officiellement «Projet mésoaméricain d’intégration et d’aménagement», financé et mis en œuvre par les Etats-Unis. Selon son acte de naissance officiel, il a pour but d’aider la région à se développer par le biais d’investissements dans les réseaux d’infrastructure, d’électricité, de télécommunications et de transport, mais, à cause d’une corruption endémique à tous les niveaux, cette initiative ne bénéficie pas aux populations pauvres et favorise au contraire les sociétés étrangères implantées dans la région.

Dans cette vidéo, Edgardo Aragon oriente son objectif sur un point précis de la carte du Mexique, la localité de Cachimbo, un lieu situé sur une péninsule méridionale, juste à la frontière des provinces d’Oaxaca et du Chiapas. Très exposée aux ouragans, Cachimbo est obligée de reconstruire son infrastructure chaque année après la saison des ouragans. De par sa situation frontalière, elle est aussi le théâtre de toutes sortes de commerces clandestins. Bien que toute proche d’une des centrales électriques appartenant au «Projet Mésoamérique», elle n’est pas alimentée en électricité, si ce n’est par un fragile réseau à énergie solaire offert par une Ong indienne. Car le courant produit par les éoliennes du site du «Projet Mésoamérique» part directement vers le nord, vers le centre d’Oaxaca, d’où il est transféré au profit de sociétés sous contrôle étranger.

Dans la vidéo d’Edgardo Aragon, on voit un personnage porter une batterie du centre d’Oaxaca jusqu’à Cachimbo. Edgardo Aragon tente de corriger les injustices du système du «Projet Mésoamérique» et, par un geste poétique, apporte l’électricité à ceux vers qui elle aurait dû aller en premier lieu. Le personnage traverse le paysage et les éoliennes, témoins des investissements du «Projet Mésoamérique», en franchissant le lac qui conduit à la péninsule. Arrivé à Cachimbo, à la fin de la vidéo, il lit un passage du livre d’Andrés Henestrosa, Los hombres que disperso la dansa [Les hommes que la danse dispersa].

Ecrivain et homme politique natif de la région de Cachimbo, Andrés Henestrosa a joué un rôle important dans la préservation de la culture zapotèque en collectant ses légendes et en les publiant. Ecrit en 1929, Los hombres que disperso la danza en constitue le plus célèbre recueil. Dans l’extrait lu dans la vidéo, les forces naturelles s’entre-déchirent tandis qu’au milieu d’elles se tient un homme. Après les catastrophes vient le temps du renouveau. Edgardo Aragon a choisi cette légende car elle rompt avec la tradition judéo-chrétienne que le colonialisme espagnol a laissée derrière lui dans la région et qui incite à voir les événements funestes et les injustices — tels que les effets du «Projet Mésoamérique» — comme des fatalités. Il dresse un parallèle avec la façon dont le néolibéralisme est aujourd’hui partout accepté comme la seule option valable. Edgardo Aragon réintroduit cette légende dans la communauté de Cachimbo et renoue avec l’idée de renouveau en rendant ce récit sous sa forme orale originelle à ceux qui l’on vu naître.

Le projet d’Edgardo Aragon comporte une vidéo et une série de cartes. Dessinées à la main, ces dernières procèdent d’une vision décalée pour mieux dévoiler les structures de pouvoir au Mexique et les effets de la mise en œuvre du «Projet Mésoamérique» au sein de ces structures.

Commissaire: Heidi Ballet

Vernissage
Mardi 9 février 2016