ART | EXPO

PaperWorks

12 Jan - 17 Mar 2018
Vernissage le 11 Jan 2018

L’exposition « PaperWorks » à la galerie Camera Obscura, à Paris, prolonge le dialogue entamé il y a quelques années entre la photographe Sarah Moon et la peintre et dessinatrice Ilona Suschitzky. Un travail à quatre mains qui révèle les liens formels entre leurs œuvres respectives, ainsi que leur sensibilité commune à l’univers du conte.

L’exposition « PaperWorks » à la galerie parisienne Camera Obscura réunit les photographies de Sarah Moon et les dessins et peintures d’Ilona Suschitzky et met en lumière leur attachement commun à un univers onirique et sensible proche des contes.

« PaperWorks » : rencontre entre les photographies de Sarah Moon et les dessins et peintures d’Ilona Suschitzky

Les dessins et peintures d’Ilona Suschitszky sont réalisés sur papier à partir de différents média comme la peinture acrylique, le pastel ou le fusain, auxquels s’ajoutent parfois d’autres techniques. Ainsi des collages de fleurs séchées renforcent le relief d’un bouquet en vase peint à l’acrylique dans l’œuvre intitulée Heuchera et la broderie se mêle au dessin dans ses livres d’artiste.

La matière des média utilisés est amplifiée et travaillée par l’accumulation de volume, la succession de couches de couleur puis par le traitement qu’elle réserve à la surface ainsi créée : froissement, plis et cassures. Ainsi sont dévoilées des images cachées d’arbres, de fleurs et d’autres visions qui semblent émerger d’un dense brouillard, révélant une nature à la fois magnifique et abîmée.

Sarah Moon et Ilona Suschitzky : une sensibilité commune aux contes

Le monde onirique proche de celui des contes déployé par Ilona Suschitszky trouve un écho dans les photographies de Sarah Moon. Le lien entre leur production respective se lit autant sur le plan formel que sur le fond. Le médium photographique est en effet utilisé par Sarah Moon dans une perspective qui le rapproche du dessin et de la peinture. Usant de diverses techniques comme le polaroid, elle ne vise pas à capter le réel objectif mais à l’utiliser comme un peintre exploite la couleur et la matière pour retranscrire l’imaginaire, le rêve, les angoisses et un univers narratif lui aussi sensible aux contes.

Approfondissant le lien entre les œuvres d’lona Suschitszky et de Sarah Moon, l’exposition « PaperWorks » est le fruit de rencontres entre les deux artistes, menées en vue de prolonger le travail à quatre mains entamé entre elles il y a quelques années avec le livre d’artiste Hidden. Les polaroids de Sarah Moon y servaient de points de départ à lona Suschitszky qui les densifiait et les prolongeait pour créer une image hybride entre photographie et dessin.