PHOTO

Rotes Kleid (Robe rouge) / Death Before Disko

L’artiste suisse Ruth Baettig dit explorer dans son travail «l’absurdité de chaque jour, de manière à fournir des méthodes alternatives à l’analyse de [son] environnement». Dans ses autoportraits photographiques, seul son corps, revêtu d’un uniforme blanc ou rouge, est visible.
Le visage dissimulé renvoie l’artiste à son anonymat. L’usage par Ruth Baettig de sa propre personne comme élément perturbateur désigne ainsi les absurdités de son environnement, auquel l’artiste répond en qualité de diapason, d’élément sensible, de marqueur, de témoin.

Dans Rotes Kleid (Robe rouge) (2008), Ruth Baettig confronte son corps à une sculpture célèbre exposée au Jardin des Tuileries, L’Arbre des voyelles (1999) de Giuseppe Penone. Cette œuvre, qui joue de la duplicité du matériau bronze et de la confusion propre à l’Arte povera entre la nature et l’art, est soumise par l’artiste à son expérimentation physique. Elle s’y cache, s’y fond, l’embrasse à pleins bras.

Revêtue d’une combinaison de papier blanc, Ruth Baettig s’attache dans la série Exercise (2007) à une œuvre sculptée orange. Réglant elle-même le retardateur de l’appareil photographique, elle prépare l’image avant de courir prendre la pose : sa démarche est calculée, mais frôle l’absurde.

Le travail de l’Autrichien Herwig Weiser tend à une plus grande rigueur scientifique, cependant ses œuvres ne se déparent pas d’une inutilité propre à l’œuvre d’art. La série de dessins numériques sous diasec Cycles (2008), élaborée avec l’aide d’ingénieurs, montre les obscurs plans de machines non réalisées, dont la fonction demeure mystérieuse, à la manière des échafaudages dada d’un Duchamp ou d’un Picabia.

Le fascinant dispositif Death Before Disko (2006) est constitué d’un tube de plexiglas aux extrémités duquel des haut-parleurs diffusent un son provenant de l’espace : les vibrations sonores font osciller une lumière stroboscopique et hérissent un étrange liquide brunâtre réagissant à l’électromagnétisme. L’unique raison d’être de cette machine célibataire semble être la captation de l’infini écho de l’univers. Sa poésie comme son esthétique évoquent celles du film 2001 L’Odyssée de l’espace, de Stanley Kubrick : la machine n’a plus besoin de l’homme pour devenir œuvre poétique.

Ruth Baettig
Rotes Kleid (Robe rouge)

Exercise, 2007. C-print diasec. 30 x 42 x 3 cm
Rotes Kleid 1, 2008. C-print sur papier. 127 x 96 cm
Rotes Kleid 2, 2008. C-print sur papier. 127 x 96 cm
Catapulte, 2008. DVD. 2 min 30
Sans titre, 2008. Bonnet, écran, DVD. 28 x 28 x 15 cm

Herwig Weiser
Death Before Disko

Death Before Disko, 2006. Speaker, plexiglas, moteur, PC, liquide magnétique. 100 x 45 x 45 cm
Cycles 2 coloured Blue O1, 2008. C-print diasec. 139 x 101 cm
Cycles 2 coloured Red O1, 2008. C-print diasec. 98 x 72 cm
Cycles 2 coloured Turkey O1, 2008. C-print diasec. 84 x 50 cm
Cycles Black & White O1, 2008. C-print diasec. 25 x 25 cm
Zgodlocator installation sketch, 2002. Fusain sur papier. 74 x 54 cm
Zgodlocator installation sketch, 2002. Fusain sur papier. 74 x 54 cm