DANSE | SPECTACLE

Roger Bernat, Domaine public

28 Juin - 28 Juin 2014
Vernissage le 28 Juin 2014

Domaine public est (comme) un jeu de société où le spectateur représente plus qu’une marionnette. Roger Bernat réunit un groupe de personnes —le public— sur une place. Qui sont celles-ci, d’où viennent-elles et quel rapport entretiennent-elles les unes avec les autres?

Roger Bernat
Domaine public

Avec le Théâtre de la Ville, dans le cadre de CHANTIERS D’EUROPE

Alors qu’elles écoutent une série de questions et d’instructions avec un casque audio sans fil, ces personnes forment des petits groupes. Ces micro-communautés mettent en évidence des règles et des modèles sociaux qui sont habituellement occultés, et que l’indiscipliné metteur en scène catalan dévoile avec soin. De sondage en 3D, Domaine public finit par se transformer en inquiétante fiction.

Pour son spectacle, le metteur en scène joint des instructions à son public, en voici des extraits:

—Règle 3. «Tu penseras que dans mes spectacles il n’y a ni acteurs ni scénographie. Tu ne pourras pas t’identifier avec les individus et objets qui devraient peupler la scène. Tes seules coordonnées seront quelques signes sur une scène où il n’y aura pas d’autres habitants que toi et les autres spectateurs. Tu seras acteur du spectacle. Il n’y aura pas de spectateurs.»

—Règle 6. «Ces spectacles ne poussent pas à la participation. Ces dispositifs sont inertes jusqu’à ce qu’un ou plusieurs spectateurs leur donne vie. Si tu décides de ne pas les utiliser et qu’aucun spectateur ne le fait, le spectacle se déroulera virtuellement, comme lorsque tu lis une pièce de théâtre ou un roman.»

—Règle 7. «Aucun spectateur n’aura le privilège d’observer ce que font les autres depuis l’extérieur. Même si tu es l’un des spectateurs qui décident de ne pas participer, tu feras partie du dispositif. En suivant la même métaphore, tu fais partie du livre à partir du moment où tu décides de le lire, même si tu sautes certains paragraphes ou des chapitres entiers.»

—Règle 12. «Enfin, moins une instruction qu’une consolation, selon le physicien Archibald Wheeler: L’univers, d’une manière étrange, n’existe-t-il pas grâce à la participation de ceux qui participent? L’acte vital est l’acte de participation. La participation est le nouveau concept irréfutable offert par la mécanique quantique. Elle remplace le terme observateur de la théorie classique qui désigne l’homme qui se sent en sécurité derrière un épais verre protecteur et observe ce qui se passe sans y prendre part.»

Repères biographiques
Après des études inachevées de peinture et d’architecture, Roger Bernat s’intéresse au théâtre et reçoit le Prix Extraordinaire de l’Institut del Teatre de Barcelone en 1996. Il travaille avec Thierry Salmon et Xavier Albertí. Entre 1998 et 2001, il dirige General Elèctrica avec Tomás Aragay. Certains de ses spectacles reçoivent des prix de la Critique de Catalogne. En 2008, il commence à créer des dispositifs dans lesquels le public occupe la scène et devient protagoniste. Selon Roger Bernart « Les spectateurs traversent un dispositif qui les invite à obéir ou à conspirer et, en tout cas, à payer avec leurs propres corps et à s’engager ». Il explore cette piste à travers diverses créations comme Domini Públic (2008), Pura coincidència (2009), Le sacre du printemps (2010), Please Continue: Hamlet (2011), Pending Vote (2012) ou RE–présentation (2013). Ces spectacles ont été présentés dans une vingtaine de pays.

Informations
Roger Bernat, Domaine public
Le 28 juin 2014 à 15h et 18h